7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

Source : 7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

For now, augmented reality (AR) is still largely a novelty — AR’s newness alone contributes to its ability to surpass print, online, and television advertisements in terms of shock-factor. As The Drum reports, AR can capture people’s attention for over 85 seconds, increase interaction rates by 20 percent, and improve click-through rates to purchase by 33 percent.

Right now, people will stop and look at AR-inspired experiences, regardless of the campaign’s overall quality. But as more companies incorporate AR into their marketing strategies, and as AR technology becomes more ubiquitous, you’ll need to produce more thoughtful campaigns to impress your audience. Eventually, AR will become mainstream, and its prevalence in the industry will make it harder to compete.

Unlock tips, systems & recommended resources to stay ahead of the tech curve.

Tim Cook, Apple’s CEO, has said that AR will one day be as important in our everyday lives as “eating three meals a day.” So, the question is — how can your marketing strategy effectively capture an audience’s attention, once AR has become commonplace?

Here, we’ll look at seven companies that use AR in innovative and inspiring ways. These examples should be all the inspiration you need to brainstorm and execute a brilliant long-term AR marketing strategy.

Augmented Reality Examples

1. Home Depot

Decorating a home isn’t easy — how do you know if you’ll actually like the yellow paint that looks beautiful online, but might be too bright in your bathroom? What if that coffee table doesn’t fit in your living room like you’d hoped?

In 2015, Home Depot released their Project Color app, which uses patent technology to show users what a paint color will look like in their home. The AR technology takes into account lighting, objects, and shadows in the room, so you can see how that yellow shade will look in real life. If you don’t trust your own judgment, you can also share images from the app on social media, to get a friend’s opinion.

In 2017, Home Depot took it a step further — now, you can also use their app to check out how objects like patio furniture, faucets, and other products look in your home.

Home Depot isn’t the only home furniture store to use AR to create value for their users — Lowe’s and Ikea have similar AR technology built into their apps.

Image courtesy of HomeDepot.com

2. Timberland

If you’re anything like me, the idea of trying on items in the dressing room can sometimes deter you from shopping at all. More than once, I’ve said, “I’ll buy it, try it on at home, and return it if I don’t like it,” just to avoid the hassle of carrying a pile of clothes into a dressing room line.

In the interest of convenience and comfortability, Timberland created a virtual fitting room in Moktow Gallery in 2014. Using Kinect motion sensing technology, Timberland’s virtual fitting room allowed shoppers to see an image of their face, and a similarly-sized model body, in different outfits.

If you’re going to use AR, you’ll want to brainstorm unique ways to help your customers avoid an otherwise burdensome process. While fitting rooms might not be the end of the world (first-world problems?), Timberland stands out as a helpful brand by offering customers a fun and useful alternative.

3. Sephora

There’s a reason many women don’t buy makeup products online — it’s impossible to know if you’ll like the lip color or foundation coverage if you don’t try it on, in-store.

Sephora understands this struggle, and created an augmented reality experience, Virtual Artist App, with ModiFace to ensure Sephora app users can see how makeup products will look on their face via their phone’s camera. Users can also find out which tools or products they’ll need to apply certain products.

Additionally, Modiface’s augmented reality technology can show users the effects of months of skincare on their skin — a visual they won’t find in-store.

Bridget Dolan, Sephora’s head of innovation, appreciates the necessity of a long-term AR strategy. “When it comes to augmented and virtual reality, it can only be successful if it’s truly useful,” Bridget told Glossy. “We weren’t interested in just buzzy. A lot of things like technical accuracy and timing had to come together, and there was a time last year when, during testing, we hit a tipping point.”

Sephora’s use of augmented reality isn’t just helpful for users — it also drives sales by appealing to Sephora’s more tech-savvy consumers, and encouraging those consumers to become brand ambassadors by recording and sharing their augmented reality experiences online.

Image courtesy of SephoraVirtualArtist.com

4. AMC Theatres

Delivering a message when and where your audience wants to receive it is a critical component of a successful marketing strategy. This is especially true when it comes to AR.

AMC Theatres, understanding their audience is most interested in upcoming movie trailers when they’re at the movies, incorporated AR technology into their AMC app. When a user sees a movie poster in a theatre, they can open the AMC app on their phone, scan the poster, and receive relevant information, including a cast list and a trailer.

If they’re interested in the movie after scanning, they can also purchase a ticket immediately, within the app.

Ultimately, AMC Theatres is providing optimal convenience with their use of AR — while a user can YouTube a trailer or Google a review, there’s an added incentive to check the movie out and purchase a ticket when the user can do it all in one place.

Image courtesy of AMCTheatres YouTube channel

5. Pepsi

In 2014, Pepsi installed AR technology in a London bus shelter, making it appear as if a lion, UFOs, flying saucers, and other objects were headed straight for Londoners.

The production showcased Pepsi’s playful personality and provided the audience with an exceptional experience. Afterwards, a video of the bus shelter’s AR technology attracted over six million views on YouTube — making it one of YouTube’s most viewed advertising campaigns.

Pepsi’s campaign highlights the effectiveness of AR when a company truly knows their audience. Pepsi didn’t need to use AR to advertise their products — instead, they trusted their consumers to appreciate the surreal experience and naturally share the story with friends, creating buzz around their brand as a result.

Image courtesy of TheVerge.com

6. StubHub

Augmented reality enables you to both visualize and interact with a space — two critical functions when choosing how much you’re willing to pay for a stadium seat.

For Super Bowl LII, StubHub introduced an AR feature on their mobile app that allowed ticket buyers to see a virtual 3D model of the U.S. Bank Stadium, as well as nearby parking garages and concession stands. This enabled potential buyers to visualize their full experience before purchasing, and minimized the risk of paying for a subpar seat.

StubHub’s reliance on AR solved for a common customer problem — as StubHub CTO Matt Swann points out, « We’re solving for real pain points, not just tech for the sake of tech. For a lot of people, it’s not an event you just show up for, it’s kind of a bucket list item. »

Particularly for out-of-towners, the ability to virtually compare different seat locations adds a level of comfort for hesitant buyers.

Back in 2016, the company also introduced a “virtual view” option on their app, letting ticket buyers preview their view from their seats before purchasing. The results were tremendous — StubHub saw app engagement more than double within one year.

Image courtesy of Mashable

7. Taco Bell

There are two big reasons you’d visit a Taco Bell in 2012 — to try their new Doritos taco shell, or to play with their augmented-reality packaging.

Taco Bell placed an AR feature on each Locos Tacos box and soda cup for their Doritos shell campaign. When a user scanned the box with the Taco Bell app, they could see product-related Twitter and Facebook content on their phones.

By connecting their users with live social media content, Taco Bell successfully used AR to cultivate a stronger sense of community. They also showcased their brand as a major player in innovation, particularly in the fast-food industry.

Image courtesy of BrandChannel.com
Originally published Jul 31, 2018 6:00:00 AM, updated July 12 2019

Blancheporte expérimente le catalogue personnalisé

Faustine Loison Publié le

En 1934, La Blancheporte éditait son premier catalogue qui présentait les produits de la marque entièrement dessinés. En 2020, l’enseigne nordiste lance son catalogue connecté et personnalisé. Ce lundi, 50 000 catalogues uniques ont été envoyés à 50 000 clientes.  Si ce test est concluant, l’enseigne de vente à distance pourrait généraliser ce catalogue « où la personnalisation renforce le lien complice » qu’elle a avec ses clientes.

Une personnalisation jusque dans les articles présentés

Imprimé par une entreprise du Pas-de-Calais, chacun de ces catalogues de 60 pages est personnalisé en fonction de sa destinataire, et ce dès sa couverture. Le prénom de la cliente est inscrit en couv et est repris sur plusieurs pages intérieures.
La sélection des produits est également personnalisée : 18 pages du catalogue présentent des articles des collections femme, lingerie et maison choisis d’après les préférences de la cliente.

« Nous avons analysé, grâce à l’AI, un an et demi d’historique qui comprend les achats passés chez nous, ce qu’elles regardaient sur notre site et ce qui les intéressait dans les conversations qu’elles avaient sur nos réseaux sociaux, nous explique Véronique Rétaux de la communication de Blancheporte. Ce catalogue expérimental a été envoyé aux clientes pour qui nous avions le plus d’information disponible. »

Les contenus éditoriaux ont aussi été adaptés. Par exemple, la cliente peut lire son horoscope ainsi qu’un résumé des événements de son année de naissance.

Un catalogue connecté en phase avec ses clientes

Avec ce catalogue, Blancheporte joue également la carte de la connectivité, avec des QR Codes imprimés au fil des pages, qui permettent d’accéder via un smartphone ou une tablette à des quizz ou au site internet de l’enseigne.

Et l’âge moyen des clientes de Blancheporte, 57 ans, n’est en rien un frein à l’utilisation de ces nouvelles technologies, pour Blancheporte.
« Elles sont très connectées en fait. Nous le constatons dans nos relations avec elles sur Facebook, Pinterest et notre blog. D’ailleurs, nous avons lancé récemment un appel pour un casting, en ligne sur les réseaux et notre site internet et 10 000 clientes y ont répondu, ce qui est énorme pour ce type d’opération ! Cela prouve bien que c’est une génération de quinquas très connectées. »

De l’imprimé au web et, désormais, du web à l’imprimé

« Jusque-là, le catalogue était pensé dans une approche mass market avec l’idée de driver du trafic vers le web. Avec ce catalogue personnalisé, Blancheporte boucle la boucle, ajoute l’enseigne. Le digital vient nourrir une conversation one to one initiée sur le papier et enrichie de contenus publiés online pour une expérience d’achat et de consultation produits sans couture. »

Le côté technique encore à prendre en compte

Blancheporte étudiera avec attention la performance marketing de ce nouveau support. « Et nous verrons ce que nous généraliserons. »

Véronique Rétaux précise : « Mais nous garderons de vue le critère technique. Même si les progrès de l’impression numérique et de l’IA nous permettent la production de ce catalogue, il nous a fallu pour ces 50 000 exemplaires, 1,2 million de PDF différents générés soit 50 gigas de données, ce qui n’est pas anodin ».

La personnalisation, un « formidable activateur de complicité »

Mais pour Salvatore Spatafora, directeur associé de Blancheporte, « au-delà de la prouesse technologique, ce catalogue est surtout un formidable activateur de complicité. »

« Aujourd’hui, l’IA et les technologies autour du smartphone nous offrent l’opportunité d’innover pour toujours mieux converser avec nos clientes, en totale affinité, ajoute-t-il. Personnalisé et connecté, le catalogue passe ici clairement de l’ère du mass market à celle de la recommandation individuelle, de l’époque du support figé à celle de l’interaction multi devices. »

Source : Blancheporte expérimente le catalogue personnalisé

Pourquoi allier print et digital dans une stratégie B2B

Pourquoi allier print et digital dans une stratégie B2B ?

Fabian Ropars / Publié le 12 mars 2020 à 09h16 / Sponsorisé par Winbound

Source : Pourquoi allier print et digital dans une stratégie B2B – BDM
Print et Digital peuvent être vus comme des stratégies antithétiques, ce n’est pourtant pas le cas, bien au contraire. La plus belle illustration : chaque nouveau créateur d’entreprise reçoit un bon de réduction papier de 50€ de Google Ads envoyé par Google, via la Poste. La Poste Solutions Business et l’agence Winbound, spécialiste de l’Inbound Marketing, développent dans un livre blanc très bien construit les synergies entre print et digital pour le B2B. Un contenu pratique et concret, qui s’appuie sur les stratégies à succès de grands comptes comme Oracle, Oodrive, Ogury ou Privateaser.

>> Télécharger le livre blanc Print et Digital : le duo gagnant des stratégies B2B

Le courrier est souvent vu comme un canal daté et peu pertinent en ce qui concerne la conversion. Pourtant, Amazon aurait par exemple un taux de retour de quasiment 50% sur ses courriers de recrutement pour Prime. Que ce soit pour de la notoriété, de la conversion, ou de la fidélisation, le courrier est un levier qui permet de capter l’attention d’une cible déjà très sollicitée sur les canaux digitaux. D’après l’agence Winbound, un internaute est soumis à plus de 6000 stimuli publicitaires ou commerciaux par jour ! Cette multiplication des points de contacts digitaux rend aussi le consommateur de moins en moins disponible pour le message publicitaire : montée de l’adblocking, rejet de la publicité en ligne… Le print serait alors une opportunité de mettre en place des stratégies marketing mieux reçues, et moins intrusives. C’est notamment ce que défend Emmanuel Servaye, Directeur Marketing de Oodrive :

Nous sommes là pour créer un lien humain et émotionnel pour construire une opportunité en étant respectueux de notre interlocuteur.

Voici un tour d’horizon des principales raisons d’utiliser ce support :

Le support imprimé : vecteur d’émotion et de mémorisation

Premier avantage du print face au digital : son intensité émotionnelle. Elle serait 2 fois plus forte pour le courrier que pour l’email. Le message, le support et l’univers graphique créent ainsi « du sens et du lien avec le destinataire » d’après Nathalie d’Isanto, directrice du courrier publicitaire pour La Poste. Concrètement, face à la saturation du consommateur par rapport aux écrans, le papier est bien plus élégant et statutaire.

Selon l’enquête, le courrier adressé possède en effet un bêta de mémorisation de 61 % et de 27 % pour l’imprimé publicitaire. Les chiffres du papier dépassent très largement les autres canaux publicitaires : 17 % pour la télé, 10 % pour la presse, 6 % pour l’affichage et 5 % pour le display.

Allier le print et l’Inbound Marketing ou Account-Based Marketing

Autre élément développé dans le livre blanc, l’alliance entre le print et l’ABM (Account-Based Marketing) ou l’Inbound Marketing. En B2B, 74% des acheteurs réalisent leur prise d’information en ligne avant d’acheter. Le processus décisionnel se fait donc sans rencontre physique. L’inbound est particulièrement adapté au B2B, puisqu’il permet d’évangéliser sur un sujet, souvent complexe. Comme le précise Isabelle
Defay, responsable de l’agence Winbound à Paris :

L’inbound est une façon de prospecter sans faire la promotion des services, mais en apportant une solution à une
problématique.

L’ABM est quant à lui encore plus fin :

L’account-based marketing a lui, pour principe, d’attirer l’attention de comptes pré-identifiés via une campagne ultra personnalisée et à entretenir la relation sur le long terme jusqu’à créer une opportunité business.

Dans le funnel marketing classique des stratégies Inbound et ABM, de nombreux contenus sont proposés : vidéo, articles, livres blancs, etc. Mais il est aussi très intéressant d’y associer le print. Au classique PDF à télécharger, il est ainsi possible d’ajouter une version print à recevoir dans sa boîte aux lettres. C’est ce que propose par exemple Ogury : une fois le formulaire de téléchargement rempli, le prospect peut choisir de recevoir une édition papier de l’étude. 1,6% des prospects ont fait la demande. Idem pour La Poste Solutions Business qui permet, sur sa landing page de Hubspot, de choisir une option print afin de recevoir son dernier guide. Et le résultat est là : 1/3 des prospects ont demandé la version papier !

Aligner marketing et commercial grâce au print

L’important pour faire avancer un prospect dans un tunnel de conversion est l’intimité. Il faut se démarquer et parler au client potentiel. En B2B, nous cherchons tous à avoir de l’information pertinente : chiffres, études, insights, etc. C’est justement ce que permet le print : apporter une information pour construire la valeur de la marque. Par ailleurs, le courrier personnalisé est aussi un moyen de montrer de la considération au prospect : on lui parle directement, et on s’adresse à lui. En envoyant un courrier approprié,
cela ajoute en considération tout en apportant de l’information ou de la valeur, qui fait sortir le destinataire du lot. Un enjeu primordial donc pour les marques.

Le cas Oracle : quand le papier devient Techno

Le print n’est pas nécessairement un courrier parmi d’autres qui va finir à la corbeille. Oracle a ainsi réalisé des brochures de 8 à 10 pages, avec des vidéos diffusées sur un écran LCD intégré dans la partie rigide du livre. À l’ouverture de la brochure, la
vidéo se lance avec un message personnalisé d’un collaborateur d’Oracle pour le prospect qui reçoit la brochure. Le format est pertinent, ciblé… et très bien reçu. La moitié des envois suscite un retour positif de la part du prospect.

Le cas Oodrive : le print nourrit l’expérience client

Spécialiste du cloud hyper sécurisé, Oodrive s’adresse aux DSI et RSSI de grands comptes, particulièrement difficiles à adresser. L’équipe a imaginé une campagne « print » et physique très intéressante pour une cinquantaine de gros comptes très ciblés : l’envoi d’une box contenant plusieurs goodies dédiés à la détente, masque,
playlist détente, bougie parfumée… Et une invitation à un évènement
physique en clôture de campagne. Emmanuelle Servaye, directrice marketing développe :

Quand vous recevez un élément physique, qui vous est personnellement adressé, vous avez la curiosité de l’ouvrir. Si l’histoire racontée vous plaît et que l’on vous propose un CTA, vous aurez plus tendance à passer à l’action.

Le ROI de la campagne est impressionnant : 32 opportunités générées, 608 000 € de pipeline issu du marketing et un retour sur investissement de 21 € pour1 € investi.

Le livre blanc se penche aussi sur la stratégie d’Ogury, qui permet à ses prospects de recevoir une enquête complète sur le RGPD en version print « The reality Report ».  Un bel objet (1,2 kg!), qui a été imprimé à 500 exemplaires, et distribué à des prospects très qualifiés et des décideurs, en complément d’une campagne globale d’inbound marketing. Gros avantage du livre : contrairement au PDF, il n’ira pas se perdre dans une boîte mail !

Enfin, le livre blanc se penche sur l’avenir du papier, qui est amené à être de plus en plus hybride : IOT, puces RFID, NFC… Le papier va devenir de plus en plus intelligent… et offrir de plus en plus d’opportunités pour les professionnels du marketing.

>> Télécharger le livre blanc Print et Digital : le duo gagnant des stratégies B2B

6 conseils du FBI pour des mots de passe inviolables, ou « Comment mes 3 sujets se retrouvent liés : Document connecté, Data Driven Marketing, Protection des Données »

Source : 6 conseils du FBI pour des mots de passe inviolables

Le FBI protigue chaque semaine des conseils en matière de sécurité informatique pour les particuliers et les entreprises avec son programme Protected Voices. Aujourd’hui, il donne six conseils en partenariat avec le National Institute of Standards and Technology (NIST) pour sécuriser son réseau informatique contre les piratages de mots de passe…

1 C’est la longueur qui compte

Exiger des mots de passe longs ou des phrases secrètes d’au moins 15 caractères, sans nécessiter de majuscules, de minuscules ou de caractères spéciaux (lire Comment créer un mot de passe sûr selon le FBI).

2 Pas de changement de mots de passe sans raison

N’obligez pas à changer les mots de passe s’il n’y a pas de raison de croire que le réseau a été compromis.

3 Pas de mots du dictionnaire

Lors de la création de mots de passe, filtrez-les avec les mots du dictionnaire et les mots de passe connus comme ayant été compromis. Cela obligera l’utilisateur à trouver un autre mot de passe plus sûr. Ce système peut être mis en place par l’administrateur système de l’entreprise.

4 Pas de limitation dans le nombre d’essais

Pour éviter une attaque par déni de service (lorsque le service informatique ne répond plus à cause d’une surcharge de demandes) contre votre service de messagerie, ne verrouillez pas le compte d’un utilisateur après un certain nombre de tentatives de connexion incorrectes. Si un pirate inonde votre réseau d’informations de connexion volontairement incorrectes, vos utilisateurs ne seront pas exclus de leurs comptes.

5 Pas d’indices, désolé !

N’autorisez pas les indices pour retrouver un mot de passe.

6 Oui au gestionnaire de mots de passe  

Utilisez si besoin un programme de gestion de mots de passe. Ces programmes stockent tous vos mots de passe au même endroit et certains programmes créent même des mots de passe solides pour vous. Ainsi le seul mot de passe à retenir est celui du gestionnaire.

Bien sûr, si ce mot de passe principal est découvert, c’est toute la sécurité des mots de passe qui est compromise. Mais selon le FBI, de nombreux professionnels de l’informatique conviennent que les avantages d’un programme de gestion des mots de passe l’emportent largement sur ce risque.

Un livre pour enfant innovant grâce à l’encre invisible

L’encre invisible est couramment utilisée pour les impressions sécuritaires et les imprimés concernant des soirées festives. Mais de nombreuses autres applications sont à imaginer…

Source : Un livre pour enfant innovant grâce à l’encre invisible

L’imprimerie allemande Schaetzl et la maison d’édition slovène Hooray Studios ajoutent une nouvelle dimension aux livres pour enfants personnalisés : en plus de l’histoire imprimée traditionnellement, le livre Glow in the Dark cache une autre histoire qui ne se révèle que sous une lumière UV brillante. Schaetzl a utilisé l’encre HP Indigo ElectroInk Invisible pour imprimer les images de l’histoire supplémentaire.

La maison d’édition jeunesse Hooray Studios est spécialisée dans les histoires personnalisées pour les enfants. L’entreprise basée à Ljubiljana en République thèque emploie 150 personnes. Avec près d’un million de livres vendus en 2019, Hooray Studios est l’un des principaux fournisseurs de livres personnalisés pour enfants.

L’imprimerie numérique installée à Donauworth en Allemagne se définit comme une entreprise innovante. Elle cherche constamment à élargir sa gamme de services pour prpoposer des impressions créatives. C’est dans cet esprit que l’entreprise a participé au bêta test de la nouvelle encre Indigo ElectroInk Invisible de HP.

Une forêt baignée de la magie des aurores boréales avec la carte de vœux Iggesund

Du carton, un smartphone, de l’ingéniosité et l’on obtient une belle forêt enchantée !

Source : Une forêt baignée de la magie des aurores boréales avec la carte de vœux Iggesund

Chaque année Iggesund propose d’envoyer gratuitement une carte de vœux à ceux qui en font la demande. Et chaque année, le papetier suédois crée un bel objet en papier innovant qui met en valeur les innombrables possibilités offertes par le carton sur le thème de la nature hivernale.

Pour les vœux 2020, la carte en carton se transforme en une splendide forêt féérique. Le carton permet de créer un décor en relief composé de plusieurs plans finement découpés au laser et imprimés à l’encre argentée.
Avec un téléphone portable, la forêt s’illuminera avec un jeu de lumière qui imite la magie des aurores boréales.

La carte 2019 a été conçue et créée par Erik Hluchan et Erin Fudge Smith de l’agence de marketing papier américaine Structural Graphics, spécialisée dans l’innovation en matière d’emballage et d’impression.

« Étant donné le thème environnemental du projet, la forêt semblait évidente pour un producteur de carton. Par nature Iggesund se doit de prendre soin de la forêt », explique le designer Erik Hluchan.

« Nous voulons que les cartes soient suffisamment belles pour mériter leur place sur le bureau du destinataire ou même sur sa cheminée, à la maison. Cette année, nous souhaitons aussi encourager les gens à oublier un peu la fonction téléphone de leur portable », indique Jessica Tommila, responsable expérience client chez Iggesund Paperboard.

Pour le support, la complexité technique de la carte nécessitait un matériau opaque et d’une bonne pliabilité, mais suffisamment rigide pour tenir la forme.

C’est l’Invercote Creato 350 g/m2 qui a été sélectionné. « Pour les popups, c’est un matériau excellent et il supporte les contraintes des techniques utilisées en courrier en 3D » détaille Erik Hluchan qui ajoute : « Il endure également un grand nombre de traitements, découpe au laser comprise. »

Le conseil du papier pour 2020 : oubliez un instant la fonction téléphone et éclairez un coin de forêt…

Faustine Loison dans www.graphiline.com | Publié le

Un nouveau papier intelligent pour le packaging ou les maisons connectées

PaperTouch est sensible au toucher et même au souffle. Il peut capter des données et transmettre des informations.

 

Source : Un nouveau papier intelligent pour le packaging ou les maisons connectées

Un papier aux fonctions inédites a été développé par des chercheurs de l’école Grenoble INP — Pagora. Baptisé PaperTouch, ce papier contient des capteurs sensibles au toucher et au souffle ainsi que des antennes connectées qui réagissent à l’approche d’un smartphone doté de la technologie NFC.

Ce papier interactif peut donc s’animer, et même s’illuminer, dès lors qu’on le touche ou que l’on souffle dessus. De nombreuses applications peuvent être développées à partir de ce support. Les chercheurs du LGP2 ont par exemple développé des emballages lumineux et communicants pour le secteur du luxe. Ils ont aussi créé un clavier en papier, qui réagit au souffle, que pourraient utiliser les personnes tétraplégiques.

Le PaperTouch pourrait aussi servir dans les bâtiments, par exemple dans les papiers peints pour les maisons connectées.

Un papier recyclable

Le PaperTouch est principalement constitué de fibres de cellulose, ce qui le rend compatible avec le procédé de recyclage papier/carton, explique Grenoble INP.

« Son circuit électronique a été posé entre 2 feuilles de papier encore humide qui formeront une seule feuille une fois sèches. En fin de vie, PaperTouch ne contenant pas le moindre adhésif, les fibres de cellulose sont séparées de la partie électronique et dispersées lorsque le papier interactif est trempé dans l’eau. »

Co-inventé par Grenoble INP et le CNRS, le PaperTouch a été développé par Laboratoire du Génie des Procédés Papetiers (LGP2 – Grenoble INP/CNRS), affilié à l’école Grenoble INP – Pagora.

L’équipe du LGP2 comprend 21 chercheurs permanents et 35 doctorants, post-doctorants ou ATER. En moyenne, 7 brevets sont déposés chaque année.

Une base de données client Vistaprint en accès libre sur internet

La base de données qui contenait des informations d’environ 30 000 clients n’est plus accessible.

Un sérieux problème de cybersécurité de Vistaprint a été mis à jour par un chercheur en sécurité informatique, Olivier Hough. Il a découvert une base de données client non chiffrées et disponibles en ligne du géant de l’impression en ligne. L’information repérée par le site d’information américain spécialisé dans l’actualité internet TechCrunch nous a été confirmée par la filiale de Cimpress.

La base de données contenait des informations d’environ 30 000 clients, comme des noms, des adresses e-mail, des numéros de téléphone. Des transcriptions de discussions avec le service client sont également concernées. Selon les premières investigations de Vistaprint, ces informations seraient devenues vulnérables à partir du 16 septembre dernier.

« Nous avons déjà mis la base de données hors ligne et pouvons confirmer qu’elle n’est plus accessible » nous assure Robert Crosland, responsable des relations publiques de Vistaprint.

Robert Crosland affirme également que, mis à part le chercheur en sécurité et le journaliste qui ont découvert cette faille, aucune personne extérieure à Vistaprint n’a eu accès à ces données sensibles. Il indique aussi que le groupe a vérifié qu’aucune information de carte de crédit ne figurait dans les transcriptions de discussion de client ni dans la base de données.

Concernant cette faille, Ian Amit, le responsable de la sécurité la maison-mère de Vistaprint, déclare : « C’est inacceptable. Cela n’aurait jamais dû arriver et nous en sommes extrêmement désolés ».

« En priorité, nous commençons maintenant à contacter tous les clients concernés pour les informer des prochaines étapes. Nous menons une enquête complète pour comprendre exactement ce qui s’est passé et comment éviter que de tels événements ne se reproduisent. »

Source : Une base de données client Vistaprint en accès libre sur internet

Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Source : Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Let’s just call them variable data presentations, says Ron Jacobs, CEO of Jacobs & Clevenger. Jacobs says the clients of his performance marketing agency are so ahead of the times that they’re sending consumers from hyper-personalized digital print direct mail pieces to interactive web experiences.

So said Jacobs to John J. Wall, host of the weekly podcast “Marketing Over Coffee.” During the 24-minute podcast on Nov. 8, titled “Now More Direct With Ron Jacobs,” the two talked about how marketing, advertising, and branding are evolving.

Half of his agency’s business is still direct mail, Jacobs says, but it’s not 1982’s bulk mail. Only one of his clients asks mail recipients to respond via print, and that’s a “live check,” Jacobs says. The rest of the direct mail presents recipients with optichannel response options, from augmented or virtual reality to personalized landing pages, and from call centers to videos. His clients, who tend to use variable data printing, have evolved direct mail beyond what many marketers are still touting as new — digital print that will wrest 21% of the business from analog print options by 2024, according to recent Smithers research. Jacobs highlighted direct mail that sends recipients to AR and VR experiences as becoming more prevalent.

“What we’re really doing now,” Jacobs says, “is trying to get people to go to things that are other than just static, that are much more inclusive, much more interesting, and much more dynamic. So that they become more interested.”

Related story: Print Marketing Convergence Isn’t Coming — It’s Here

This change is happening even as many marketers are still so behind the times in digital marketing and direct mail that they’re spraying and praying with all of their efforts. Those who do make the effort to target direct mail, for instance, are only segmenting their audiences. And then many of the direct mailers are thinking of sending mail recipients from a mail piece to a personalized landing page as being the height of sophistication. (Target Marketing wrote about PURLs in 2009.)

Jacobs says segmentation is a good start, but his agency is using data to personalize and even hyper-personalize everything from direct mail to email and beyond.

That involved a lot of change for him, too, during his nearly 30 years helping Internet marketers with optichannel marketing campaigns, morphing his agency from mostly direct mail for direct marketers to a performance marketing agency that handles marketing campaigns in every channel.

“As most people know,” Jacobs says, “the way you view the world is through your own lens. So I look at a lot of things and see them as direct marketing. So we work with everything from content marketing to CRM, marketing automation, email programs, and we still do an awful lot of direct mail. About half of our business is traditional direct mail. But traditional direct mail isn’t so traditional anymore.”

Even though USPS is sending fewer letters, Jacobs says there’s a resurgence in direct mail because Millennials are using it, USPS emails opted-in mail recipients pictures of the content of their mailboxes, e-commerce companies are sending out direct mail, and other channels are too crowded.

“Mobile is making it harder for digital marketers to break through, so they’re starting to look for channels,” Jacobs says, explaining why companies like Amazon, Wayfair, Sephora, and Google are sending direct mail.

Wall seconded that sentiment, joking that his daughter’s perusal of Amazon’s mailed print toy catalog could cost him $50,000 this Christmas. But only if he buys her everything she circled.

What do you think, marketers?

Traduction :

Appelons-les simplement des présentations en données variables, explique Ron Jacobs, PDG de Jacobs & Clevenger. Jacobs explique que les clients de son agence de « marketing par la performance » sont tellement en avance sur leur temps qu’ils envoient aux consommateurs des publipostages hyper personnalisés au format numérique, voire des expériences Web interactives.

C’est ce qu’a dit Jacobs à John J. Wall, animateur du podcast hebdomadaire « Marketing le temps d’un café ». Au cours du podcast de 24 minutes du 8 novembre intitulé « Now More Direct With Ron Jacobs », ils ont expliqué comment le marketing, la publicité, et la marque évoluent.

Selon Jacobs, la moitié des projets de son agence sont toujours du publipostage, mais ce n’est pas le vieux courrier en nombre de 1982. Un seul de ses clients demande aux destinataires du courrier de répondre via un imprimé, c’est un «contrôle en direct», explique Jacobs. Le reste du courrier propose aux destinataires de multiples options de réponse crosscanal, allant de la réalité augmentée ou virtuelle aux landing pages personnalisées, en passant par les centres d’appel et les vidéos. Ses clients, qui ont déjà tendance à utiliser l’impression en données variables, ont développé le publipostage au-delà de ce que de nombreux spécialistes du marketing vantent encore : l’impression numérique qui arrachera 21% de l’activité des options d’impression analogique d’ici 2024, selon une étude récente de Smithers. Jacobs a souligné que le courrier de Marketing Direct qui envoie les destinataires vers des expériences RA et VR devient de plus en plus courant.

«Ce que nous faisons vraiment maintenant, dit Jacobs, c’est essayer d’amener les gens à aller vers des choses autres que statiques, qui sont beaucoup plus inclusives, beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus dynamiques. Pour qu’ils deviennent plus intéressés. « 

Histoire connexe: la convergence du marketing d’impression n’arrive pas – c’est ici

Ce changement est en train de se produire alors même que de nombreux spécialistes du marketing sont encore tellement en retard dans le marketing numérique et le courrier de Marketing Direct qu’ils ne font que vaporiser et prier de toutes leurs forces. Ceux qui s’efforcent de cibler le publipostage, par exemple, ne font que segmenter leur public. De nombreux publiposteurs envisagent, eux, d’envoyer les destinataires d’un courrier à une page de renvoi personnalisée, point culminant du raffinement ;-)). (Target Marketing a écrit sur les PURL en 2009.)

Selon Jacobs, la segmentation est un bon début, mais son agence utilise les données pour personnaliser et même hyper-personnaliser tout, du publipostage au courrier électronique, et au-delà.

Cela a également impliqué beaucoup de changement pour lui, au cours de ses presque 30 ans d’aide au marketeurs digitaux avec des campagnes de marketing « optique », transformant son agence principalement du courrier MD pour Direct Marketers en une agence de Marketing à la Performance qui gère des campagnes de marketing sur tous les canaux.

«Comme le savent la plupart des gens», dit Jacobs, «votre vision du monde se fait à travers votre propre objectif. Je regarde donc beaucoup de choses et les considère comme du marketing direct. Nous travaillons donc dans tous les domaines, du marketing de contenu au CRM, en passant par l’automatisation du marketing, les programmes de messagerie électronique, et nous effectuons encore énormément de publipostage. Environ la moitié de nos activités sont du publipostage traditionnel. Mais le publipostage traditionnel n’est plus aussi traditionnel. « 

Même si USPS envoie moins de lettres, Jacobs dit qu’il y a une résurgence du courrier MD, car les Millennials l’utilisent. USPS envoi par mail, aux personnes ayant accepté le service, une image du contenu de leurs boîtes aux lettres. Les entreprises de commerce électronique envoient du courrier de Marketing Direct et les autres canaux sont bien trop peuplés.

« Le Mobile rend plus difficile la percée des spécialistes du marketing numérique. Ils commencent donc à rechercher des canaux », nous dit Jacobs, expliquant pourquoi des sociétés comme Amazon, Wayfair, Sephora et Google envoient du courrier de Marketing Direct.

J. Wall confirme, en plaisantant sur le fait que la lecture un peu trop attentive par sa fille du catalogue de jouets imprimés d’Amazon pourrait lui coûter 50 000 $ ce Noël. Mais seulement s’il lui achète tout ce qu’elle a encerclé.

Qu’en pensez-vous, vous les spécialistes du marketing?

Qu’est-ce que le « SIM swapping », qui a permis de pirater le compte du patron de Twitter ?

Cette technique permet de prendre le contrôle d’un numéro de téléphone, ouvrant la porte à différents types de piratages. Certains ont rapporté des millions de dollars à leurs auteurs. Le « SIM swapping » consiste à dérober un numéro de téléphone.Source : Qu’est-ce que le « SIM swapping », qui a permis de pirater le compte du patron de Twitter ?

Les 4 millions d’abonnés de Jack Dorsey, le cofondateur de Twitter, ont eu une étrange surprise, vendredi 30 août : son compte Twitter s’est soudain mis à publier des messages insultants et racistes. Le résultat d’un piratage aussi bref que spectaculaire. Jack Dorsey a ensuite repris le contrôle de son compte un quart d’heure après la publication des premiers messages.

L’épisode montre bien que personne n’est à l’abri de ce type de piratage. Jack Dorsey, qu’on peut penser bien informé en matière de sécurité informatique et bien encadré par les services de sécurité informatique de Twitter, avait pourtant pris des mesures pour protéger son compte. Mais celles-ci se sont révélées insuffisantes face à la technique du « SIM swapping ».

En quoi consiste le « SIM swapping » ?

Ce terme désigne le fait de « voler » le numéro de téléphone portable de quelqu’un. Cela ne nécessite pas de grande expertise technique. Dans les cas les plus courants de piratage par « SIM swapping », un pirate contacte le service client de votre opérateur afin de se faire passer pour vous. En effet, votre numéro est rattaché à une carte SIM. Cette petite puce dans votre téléphone vous identifie et vous permet, pour résumer, de vous connecter aux réseaux téléphoniques, 3G et 4G.

Prétextant la perte, une malfonction ou le vol de votre carte SIM, le pirate demande alors à activer votre numéro sur une nouvelle carte SIM, que lui possède. Pour convaincre le service client au bout du fil, il utilise des informations personnelles (date de naissance, adresse, numéro de client, etc.), qu’il a pu trouver sur Internet ou par d’autres moyens. Une fois l’opération réussie, le pirate peut alors recevoir à votre place des appels et des SMS qui vous sont destinés.

Quel genre de piratages cela permet-il ?

Dans le cas de Jack Dorsey, les pirates, une fois parvenus à s’approprier son numéro de téléphone, ont utilisé un service permettant d’envoyer un tweet par SMS, nommé Cloudhopper. Il a été conçu pour les personnes n’ayant pas de smartphone ou désirant envoyer un tweet sans avoir assez de réseau, par exemple. Ce service vérifie que le SMS a bien été envoyé par le numéro de téléphone rattaché au compte Twitter avant de le publier sous forme de tweet. C’est ainsi que les pirates ont pu tweeter sur le compte de Jack Dorsey.

Le groupe à l’origine de ce piratage, qui se fait appeler Chuckling Squad, avait déjà, par le passé, pris le contrôle de comptes d’une dizaine d’influenceurs de cette manière.

Mais le « SIM Swapping » a aussi, dans certains cas, des implications financières. Un Américain a par exemple été arrêté en début d’année après avoir subtilisé des millions de dollars grâce à ce procédé. Et ceci grâce à l’un des systèmes les plus répandus pour, justement, éviter les piratages.

Pour mieux sécuriser leurs différents comptes en ligne, les internautes sont en effet souvent incités à utiliser un système de double authentification : après avoir entré leur nom d’utilisateur et leur mot de passe pour se connecter à un compte, le système leur envoie un code, souvent par SMS. En théorie, un pirate disposant du mot de passe d’un compte en ligne sera bloqué à cette étape, puisqu’il n’a pas la main sur le téléphone qui recevra le code en question.

C’est là que le « SIM swapping » intervient : puisqu’il est désormais possible de subtiliser un numéro de téléphone, alors la double authentification par SMS peut être contournée. Le « SIM swapping » peut alors permettre d’accéder à de nombreux types de comptes en ligne, ouvrant la porte à différents types d’escroqueries : usurpation d’identité, chantage ou encore vol d’argent. L’Américain arrêté cette année avait par exemple accédé à des portefeuilles de cryptomonnaies.

La pratique est-elle répandue ?

Bien qu’elle ne soit pas nouvelle, l’ampleur du « SIM swapping » est inconnue. En France, ce type de fraude a été mentionné dans le rapport 2018 du ministère de l’intérieur sur la cybercriminalité, mais aucun chiffre n’y est donné pour estimer l’ampleur de cette fraude. Mais la technique fait régulièrement parler d’elle, comme dans le cas du piratage de centaines d’utilisateurs d’Instagram, qui ont perdu l’accès à leur compte l’été dernier.

L’Agence France-Presse (AFP) souligne que des milliers d’attaques de ce type ont notamment été recensées dans des pays où les paiements par téléphone mobile sont monnaie courante, comme le Brésil, le Mozambique, l’Inde ou l’Espagne. Plus largement, les systèmes de sécurité de nombreux opérateurs mobiles « sont insuffisants et rendent leurs clients vulnérables aux attaques à la carte SIM », estiment deux chercheurs de l’entreprise de sécurité informatique Kaspersky, Fabio Assolini et Andre Tenreiro, interrogés par l’AFP. Il arrive aussi, précisent-ils dans un billet de blog, que les pirates corrompent des employés d’opérateurs téléphoniques afin qu’ils leur facilitent la tâche. « Des attaques de ce type sont désormais très répandues », écrivent-ils.

Comment se prémunir ?

Si le risque de se faire dérober son numéro de téléphone dépend en grande partie de l’opérateur, il existe des solutions pour limiter le risque que cela permette d’accéder à vos comptes en ligne.

S’il est recommandé d’utiliser la double authentification, mieux vaut désormais éviter celle qui repose sur l’envoi d’un SMS. A la place, d’autres systèmes existent. Le plus sûr est certainement de passer par une clé « physique » : en la connectant à son appareil par USB ou Bluetooth, elle authentifie son propriétaire. Plusieurs modèles existent, développés par différentes entreprises, comme Google ou Yubico.

Il est aussi possible de se faire envoyer un code non pas par SMS, mais par l’intermédiaire d’une application installée sur le téléphone et qui ne dépend pas de la carte SIM, comme Google Authenticator.

Malheureusement, tous les services en ligne ne proposent pas ces alternatives à la double authentification par SMS, laissant leurs utilisateurs vulnérables en cas de « SIM swapping ».