7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

Source : 7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

For now, augmented reality (AR) is still largely a novelty — AR’s newness alone contributes to its ability to surpass print, online, and television advertisements in terms of shock-factor. As The Drum reports, AR can capture people’s attention for over 85 seconds, increase interaction rates by 20 percent, and improve click-through rates to purchase by 33 percent.

Right now, people will stop and look at AR-inspired experiences, regardless of the campaign’s overall quality. But as more companies incorporate AR into their marketing strategies, and as AR technology becomes more ubiquitous, you’ll need to produce more thoughtful campaigns to impress your audience. Eventually, AR will become mainstream, and its prevalence in the industry will make it harder to compete.

Unlock tips, systems & recommended resources to stay ahead of the tech curve.

Tim Cook, Apple’s CEO, has said that AR will one day be as important in our everyday lives as “eating three meals a day.” So, the question is — how can your marketing strategy effectively capture an audience’s attention, once AR has become commonplace?

Here, we’ll look at seven companies that use AR in innovative and inspiring ways. These examples should be all the inspiration you need to brainstorm and execute a brilliant long-term AR marketing strategy.

Augmented Reality Examples

1. Home Depot

Decorating a home isn’t easy — how do you know if you’ll actually like the yellow paint that looks beautiful online, but might be too bright in your bathroom? What if that coffee table doesn’t fit in your living room like you’d hoped?

In 2015, Home Depot released their Project Color app, which uses patent technology to show users what a paint color will look like in their home. The AR technology takes into account lighting, objects, and shadows in the room, so you can see how that yellow shade will look in real life. If you don’t trust your own judgment, you can also share images from the app on social media, to get a friend’s opinion.

In 2017, Home Depot took it a step further — now, you can also use their app to check out how objects like patio furniture, faucets, and other products look in your home.

Home Depot isn’t the only home furniture store to use AR to create value for their users — Lowe’s and Ikea have similar AR technology built into their apps.

Image courtesy of HomeDepot.com

2. Timberland

If you’re anything like me, the idea of trying on items in the dressing room can sometimes deter you from shopping at all. More than once, I’ve said, “I’ll buy it, try it on at home, and return it if I don’t like it,” just to avoid the hassle of carrying a pile of clothes into a dressing room line.

In the interest of convenience and comfortability, Timberland created a virtual fitting room in Moktow Gallery in 2014. Using Kinect motion sensing technology, Timberland’s virtual fitting room allowed shoppers to see an image of their face, and a similarly-sized model body, in different outfits.

If you’re going to use AR, you’ll want to brainstorm unique ways to help your customers avoid an otherwise burdensome process. While fitting rooms might not be the end of the world (first-world problems?), Timberland stands out as a helpful brand by offering customers a fun and useful alternative.

3. Sephora

There’s a reason many women don’t buy makeup products online — it’s impossible to know if you’ll like the lip color or foundation coverage if you don’t try it on, in-store.

Sephora understands this struggle, and created an augmented reality experience, Virtual Artist App, with ModiFace to ensure Sephora app users can see how makeup products will look on their face via their phone’s camera. Users can also find out which tools or products they’ll need to apply certain products.

Additionally, Modiface’s augmented reality technology can show users the effects of months of skincare on their skin — a visual they won’t find in-store.

Bridget Dolan, Sephora’s head of innovation, appreciates the necessity of a long-term AR strategy. “When it comes to augmented and virtual reality, it can only be successful if it’s truly useful,” Bridget told Glossy. “We weren’t interested in just buzzy. A lot of things like technical accuracy and timing had to come together, and there was a time last year when, during testing, we hit a tipping point.”

Sephora’s use of augmented reality isn’t just helpful for users — it also drives sales by appealing to Sephora’s more tech-savvy consumers, and encouraging those consumers to become brand ambassadors by recording and sharing their augmented reality experiences online.

Image courtesy of SephoraVirtualArtist.com

4. AMC Theatres

Delivering a message when and where your audience wants to receive it is a critical component of a successful marketing strategy. This is especially true when it comes to AR.

AMC Theatres, understanding their audience is most interested in upcoming movie trailers when they’re at the movies, incorporated AR technology into their AMC app. When a user sees a movie poster in a theatre, they can open the AMC app on their phone, scan the poster, and receive relevant information, including a cast list and a trailer.

If they’re interested in the movie after scanning, they can also purchase a ticket immediately, within the app.

Ultimately, AMC Theatres is providing optimal convenience with their use of AR — while a user can YouTube a trailer or Google a review, there’s an added incentive to check the movie out and purchase a ticket when the user can do it all in one place.

Image courtesy of AMCTheatres YouTube channel

5. Pepsi

In 2014, Pepsi installed AR technology in a London bus shelter, making it appear as if a lion, UFOs, flying saucers, and other objects were headed straight for Londoners.

The production showcased Pepsi’s playful personality and provided the audience with an exceptional experience. Afterwards, a video of the bus shelter’s AR technology attracted over six million views on YouTube — making it one of YouTube’s most viewed advertising campaigns.

Pepsi’s campaign highlights the effectiveness of AR when a company truly knows their audience. Pepsi didn’t need to use AR to advertise their products — instead, they trusted their consumers to appreciate the surreal experience and naturally share the story with friends, creating buzz around their brand as a result.

Image courtesy of TheVerge.com

6. StubHub

Augmented reality enables you to both visualize and interact with a space — two critical functions when choosing how much you’re willing to pay for a stadium seat.

For Super Bowl LII, StubHub introduced an AR feature on their mobile app that allowed ticket buyers to see a virtual 3D model of the U.S. Bank Stadium, as well as nearby parking garages and concession stands. This enabled potential buyers to visualize their full experience before purchasing, and minimized the risk of paying for a subpar seat.

StubHub’s reliance on AR solved for a common customer problem — as StubHub CTO Matt Swann points out, « We’re solving for real pain points, not just tech for the sake of tech. For a lot of people, it’s not an event you just show up for, it’s kind of a bucket list item. »

Particularly for out-of-towners, the ability to virtually compare different seat locations adds a level of comfort for hesitant buyers.

Back in 2016, the company also introduced a “virtual view” option on their app, letting ticket buyers preview their view from their seats before purchasing. The results were tremendous — StubHub saw app engagement more than double within one year.

Image courtesy of Mashable

7. Taco Bell

There are two big reasons you’d visit a Taco Bell in 2012 — to try their new Doritos taco shell, or to play with their augmented-reality packaging.

Taco Bell placed an AR feature on each Locos Tacos box and soda cup for their Doritos shell campaign. When a user scanned the box with the Taco Bell app, they could see product-related Twitter and Facebook content on their phones.

By connecting their users with live social media content, Taco Bell successfully used AR to cultivate a stronger sense of community. They also showcased their brand as a major player in innovation, particularly in the fast-food industry.

Image courtesy of BrandChannel.com
Originally published Jul 31, 2018 6:00:00 AM, updated July 12 2019

6 conseils du FBI pour des mots de passe inviolables, ou « Comment mes 3 sujets se retrouvent liés : Document connecté, Data Driven Marketing, Protection des Données »

Source : 6 conseils du FBI pour des mots de passe inviolables

Le FBI protigue chaque semaine des conseils en matière de sécurité informatique pour les particuliers et les entreprises avec son programme Protected Voices. Aujourd’hui, il donne six conseils en partenariat avec le National Institute of Standards and Technology (NIST) pour sécuriser son réseau informatique contre les piratages de mots de passe…

1 C’est la longueur qui compte

Exiger des mots de passe longs ou des phrases secrètes d’au moins 15 caractères, sans nécessiter de majuscules, de minuscules ou de caractères spéciaux (lire Comment créer un mot de passe sûr selon le FBI).

2 Pas de changement de mots de passe sans raison

N’obligez pas à changer les mots de passe s’il n’y a pas de raison de croire que le réseau a été compromis.

3 Pas de mots du dictionnaire

Lors de la création de mots de passe, filtrez-les avec les mots du dictionnaire et les mots de passe connus comme ayant été compromis. Cela obligera l’utilisateur à trouver un autre mot de passe plus sûr. Ce système peut être mis en place par l’administrateur système de l’entreprise.

4 Pas de limitation dans le nombre d’essais

Pour éviter une attaque par déni de service (lorsque le service informatique ne répond plus à cause d’une surcharge de demandes) contre votre service de messagerie, ne verrouillez pas le compte d’un utilisateur après un certain nombre de tentatives de connexion incorrectes. Si un pirate inonde votre réseau d’informations de connexion volontairement incorrectes, vos utilisateurs ne seront pas exclus de leurs comptes.

5 Pas d’indices, désolé !

N’autorisez pas les indices pour retrouver un mot de passe.

6 Oui au gestionnaire de mots de passe  

Utilisez si besoin un programme de gestion de mots de passe. Ces programmes stockent tous vos mots de passe au même endroit et certains programmes créent même des mots de passe solides pour vous. Ainsi le seul mot de passe à retenir est celui du gestionnaire.

Bien sûr, si ce mot de passe principal est découvert, c’est toute la sécurité des mots de passe qui est compromise. Mais selon le FBI, de nombreux professionnels de l’informatique conviennent que les avantages d’un programme de gestion des mots de passe l’emportent largement sur ce risque.

Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Source : Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Let’s just call them variable data presentations, says Ron Jacobs, CEO of Jacobs & Clevenger. Jacobs says the clients of his performance marketing agency are so ahead of the times that they’re sending consumers from hyper-personalized digital print direct mail pieces to interactive web experiences.

So said Jacobs to John J. Wall, host of the weekly podcast “Marketing Over Coffee.” During the 24-minute podcast on Nov. 8, titled “Now More Direct With Ron Jacobs,” the two talked about how marketing, advertising, and branding are evolving.

Half of his agency’s business is still direct mail, Jacobs says, but it’s not 1982’s bulk mail. Only one of his clients asks mail recipients to respond via print, and that’s a “live check,” Jacobs says. The rest of the direct mail presents recipients with optichannel response options, from augmented or virtual reality to personalized landing pages, and from call centers to videos. His clients, who tend to use variable data printing, have evolved direct mail beyond what many marketers are still touting as new — digital print that will wrest 21% of the business from analog print options by 2024, according to recent Smithers research. Jacobs highlighted direct mail that sends recipients to AR and VR experiences as becoming more prevalent.

“What we’re really doing now,” Jacobs says, “is trying to get people to go to things that are other than just static, that are much more inclusive, much more interesting, and much more dynamic. So that they become more interested.”

Related story: Print Marketing Convergence Isn’t Coming — It’s Here

This change is happening even as many marketers are still so behind the times in digital marketing and direct mail that they’re spraying and praying with all of their efforts. Those who do make the effort to target direct mail, for instance, are only segmenting their audiences. And then many of the direct mailers are thinking of sending mail recipients from a mail piece to a personalized landing page as being the height of sophistication. (Target Marketing wrote about PURLs in 2009.)

Jacobs says segmentation is a good start, but his agency is using data to personalize and even hyper-personalize everything from direct mail to email and beyond.

That involved a lot of change for him, too, during his nearly 30 years helping Internet marketers with optichannel marketing campaigns, morphing his agency from mostly direct mail for direct marketers to a performance marketing agency that handles marketing campaigns in every channel.

“As most people know,” Jacobs says, “the way you view the world is through your own lens. So I look at a lot of things and see them as direct marketing. So we work with everything from content marketing to CRM, marketing automation, email programs, and we still do an awful lot of direct mail. About half of our business is traditional direct mail. But traditional direct mail isn’t so traditional anymore.”

Even though USPS is sending fewer letters, Jacobs says there’s a resurgence in direct mail because Millennials are using it, USPS emails opted-in mail recipients pictures of the content of their mailboxes, e-commerce companies are sending out direct mail, and other channels are too crowded.

“Mobile is making it harder for digital marketers to break through, so they’re starting to look for channels,” Jacobs says, explaining why companies like Amazon, Wayfair, Sephora, and Google are sending direct mail.

Wall seconded that sentiment, joking that his daughter’s perusal of Amazon’s mailed print toy catalog could cost him $50,000 this Christmas. But only if he buys her everything she circled.

What do you think, marketers?

Traduction :

Appelons-les simplement des présentations en données variables, explique Ron Jacobs, PDG de Jacobs & Clevenger. Jacobs explique que les clients de son agence de « marketing par la performance » sont tellement en avance sur leur temps qu’ils envoient aux consommateurs des publipostages hyper personnalisés au format numérique, voire des expériences Web interactives.

C’est ce qu’a dit Jacobs à John J. Wall, animateur du podcast hebdomadaire « Marketing le temps d’un café ». Au cours du podcast de 24 minutes du 8 novembre intitulé « Now More Direct With Ron Jacobs », ils ont expliqué comment le marketing, la publicité, et la marque évoluent.

Selon Jacobs, la moitié des projets de son agence sont toujours du publipostage, mais ce n’est pas le vieux courrier en nombre de 1982. Un seul de ses clients demande aux destinataires du courrier de répondre via un imprimé, c’est un «contrôle en direct», explique Jacobs. Le reste du courrier propose aux destinataires de multiples options de réponse crosscanal, allant de la réalité augmentée ou virtuelle aux landing pages personnalisées, en passant par les centres d’appel et les vidéos. Ses clients, qui ont déjà tendance à utiliser l’impression en données variables, ont développé le publipostage au-delà de ce que de nombreux spécialistes du marketing vantent encore : l’impression numérique qui arrachera 21% de l’activité des options d’impression analogique d’ici 2024, selon une étude récente de Smithers. Jacobs a souligné que le courrier de Marketing Direct qui envoie les destinataires vers des expériences RA et VR devient de plus en plus courant.

«Ce que nous faisons vraiment maintenant, dit Jacobs, c’est essayer d’amener les gens à aller vers des choses autres que statiques, qui sont beaucoup plus inclusives, beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus dynamiques. Pour qu’ils deviennent plus intéressés. « 

Histoire connexe: la convergence du marketing d’impression n’arrive pas – c’est ici

Ce changement est en train de se produire alors même que de nombreux spécialistes du marketing sont encore tellement en retard dans le marketing numérique et le courrier de Marketing Direct qu’ils ne font que vaporiser et prier de toutes leurs forces. Ceux qui s’efforcent de cibler le publipostage, par exemple, ne font que segmenter leur public. De nombreux publiposteurs envisagent, eux, d’envoyer les destinataires d’un courrier à une page de renvoi personnalisée, point culminant du raffinement ;-)). (Target Marketing a écrit sur les PURL en 2009.)

Selon Jacobs, la segmentation est un bon début, mais son agence utilise les données pour personnaliser et même hyper-personnaliser tout, du publipostage au courrier électronique, et au-delà.

Cela a également impliqué beaucoup de changement pour lui, au cours de ses presque 30 ans d’aide au marketeurs digitaux avec des campagnes de marketing « optique », transformant son agence principalement du courrier MD pour Direct Marketers en une agence de Marketing à la Performance qui gère des campagnes de marketing sur tous les canaux.

«Comme le savent la plupart des gens», dit Jacobs, «votre vision du monde se fait à travers votre propre objectif. Je regarde donc beaucoup de choses et les considère comme du marketing direct. Nous travaillons donc dans tous les domaines, du marketing de contenu au CRM, en passant par l’automatisation du marketing, les programmes de messagerie électronique, et nous effectuons encore énormément de publipostage. Environ la moitié de nos activités sont du publipostage traditionnel. Mais le publipostage traditionnel n’est plus aussi traditionnel. « 

Même si USPS envoie moins de lettres, Jacobs dit qu’il y a une résurgence du courrier MD, car les Millennials l’utilisent. USPS envoi par mail, aux personnes ayant accepté le service, une image du contenu de leurs boîtes aux lettres. Les entreprises de commerce électronique envoient du courrier de Marketing Direct et les autres canaux sont bien trop peuplés.

« Le Mobile rend plus difficile la percée des spécialistes du marketing numérique. Ils commencent donc à rechercher des canaux », nous dit Jacobs, expliquant pourquoi des sociétés comme Amazon, Wayfair, Sephora et Google envoient du courrier de Marketing Direct.

J. Wall confirme, en plaisantant sur le fait que la lecture un peu trop attentive par sa fille du catalogue de jouets imprimés d’Amazon pourrait lui coûter 50 000 $ ce Noël. Mais seulement s’il lui achète tout ce qu’elle a encerclé.

Qu’en pensez-vous, vous les spécialistes du marketing?

« Le rêve ? Une personnalisation intelligente » – IC Lemag

Jacques Séguéla © Thomas RaffouxSoixante ans d’expérience et toujours une longueur d’avance. Jacques Séguéla partage avec nous sa vision de la communication, entre enthousiasme et mise en garde.

Source : « Le rêve ? Une personnalisation intelligente » – IC Lemag

« Le papier n’est pas mort. Mieux, il est sublimé par la technologie »

L’automne dernier – pourtant plus habitué aux jurys de films ou de vidéos – j’ai été bluffé par les projets présentés aux Trophées du Média Courrier organisés par La Poste (voir page 70). Les lauréats ont fait la démonstration des progrès accomplis par ce média à part entière. Oui, le digital progresse, mais non, le papier n’est pas mort. Mieux, il est sublimé par la technologie. Nous assistons à une double love story entre le papier et la technologie, entre les mots et les images. Lorsqu’ils se conjuguent, on passe à la quatrième dimension ! Réalité augmentée, insertion de puces électroniques, de QRcode… le papier devient communiquant à 360°. Et grâce au mix data/ techniques d’impression se dessine la voie de l’avenir. C’est le grand passage des “mass médias” – devenus “masse des médias” – au “média personnel”. C’est le saut du grand public à l’intime, du “nous” au “je”.

La publicité a longtemps généré un terrible gâchis. J’envoyais une avalanche de messages à dix millions de téléspectateurs pour en toucher un million. Moralité : 90 % de gaspillage. La gestion des données, futur de notre métier, change la donne. Le bombardier est remplacé par le drone. Le message va toucher sa cible en plein cœur !

« La gestion des données, futur de notre métier, change la donne »

Le data marketing a besoin d’un new deal

31/08/2018 – in strategies.fr Le data marketing a besoin d’un new deal

Les pratiques en matière de traitement des données sont de plus en plus surveillées. Aux marques d’aller au-delà de la simple conformité aux nouvelles réglementations si elles veulent regagner la confiance des consommateurs.

Les données des consommateurs sont convoitées et leur utilisation est donc sensible. À cet égard, les acteurs du data marketing sont très observés. L’entrée en vigueur du RGPD, le scandale Cambridge Analytica ou encore la révélation de la lecture des emails Gmail par des entreprises partenaires de Google ont engendré une prise de conscience par les consommateurs des enjeux liés à la gestion de leurs données personnelles.

Dans le sillage de Facebook, tous les services digitaux utilisant les données ont changé leurs conditions générales d’utilisation: Twitter, Google, Dropbox… mais les révélations de plus en plus fréquentes de fuites des données personnelles (Grindr, Direct Energy…) montrent que les pratiques en matière de traitement de la donnée par les entreprises sont de plus en plus surveillées.

Pour réussir dans ce climat de prise de conscience publique, les marques doivent aller au-delà de la simple conformité aux nouvelles réglementations et proposer aux consommateurs un new deal sur les données qu’ils partagent.

De meilleures contreparties

Les organisations dont le business modèle est basé sur l’utilisation des données personnelles doivent offrir de meilleures contreparties aux consommateurs car ces derniers se sentent perdants. Selon une étude ForgeRock menée début 2018 avec ComRes Global, 17% seulement des Français estiment que les données sont utilisées au bénéfice des consommateurs. À l’inverse, 41% pensent qu’elles profitent exclusivement aux entreprises. En outre, près d’un Français sur deux (48%) s’inquiète d’avoir partagé trop de données personnelles en ligne.

Avec l’entrée en vigueur du RGPD, l’étude montre donc qu’il est probable de voir de plus en plus de consommateurs choisir de ne pas s’engager avec des marques qu’ils ne considèrent pas comme dignes de confiance. L’étude révèle également une forte corrélation entre le sentiment de contrôle des consommateurs et la confiance qu’ils accordent aux entreprises. Les banques et les sociétés émettrices de cartes de crédit (53%), les opérateurs de téléphonie mobile (51%) et même Amazon (49%) sont désignés par les consommateurs comme les organisations qui donnent aux utilisateurs le plus de contrôle sur leurs données.

Pour gagner la confiance des consommateurs, les marques et les marketeurs doivent donc construire leurs stratégies «data & consentement» autour de la transparence et du contrôle. En se concentrant sur ces principes fondamentaux, les marques pourront non seulement garder leurs clients, mais elles pourront surtout renforcer ces relations existantes et avoir un avantage concurrentiel pour attirer de nouveaux clients.

Monnaie d’échange

Maintenant que les droits sur les données sont rentrés dans le débat public et sont au cœur des préoccupations des consommateurs, ils deviendront une monnaie d’échange pour les marques afin de gagner de nouveaux clients et les fidéliser. Mais ce new deal ne peut pas uniquement être basé sur des avantages commerciaux. Selon notre étude, seuls 26% des Français sont prêts à partager leurs données personnelles afin de profiter d’offres personnalisées, contre une majorité (50%) qui ne souhaite pas que leurs données soient partagées par des tiers, et ce quelle que soit la raison.

Pour les marques, il va donc y avoir un réel «first-mover advantage». Pour cela, il faut aller plus loin que la simple conformité au RGPD, et offrir un véritable échange de valeur ajoutée avec, certes, des offres pertinentes et personnelles mais aussi du contenu et des nouveaux usages.

En impliquant le client dans le partage de ses propres données et en lui donnant la possibilité de contrôler dynamiquement la quantité et le type de données partagées, les marques pourront développer leur business à court et à long terme en préemptant deux valeurs d’avenir: la responsabilité et la confiance.

Et si le numérique représentait l’avenir du papier ?

QR codes, réalité augmentée, reconnaissance d’images, NFC… Aujourd’hui, le livre papier s’enrichit grâce à ces différentes technologies dans des domaines comme la publicité, l’édition ou encore la presse. D’un autre côté, le numérique s’inspire du papier pour innover toujours plus. Lettres Numériques vous propose dans ce billet un panorama des technologies qui font du papier un objet de plus en plus connecté, qui n’est pas près de disparaître !

Source : Et si le numérique représentait l’avenir du papier ?

La Poste envoie un mailing papier parlant

Pour promouvoir son nouveau service, La Poste a lancé une campagne de communication innovante alliant le meilleur du papier et du digital.

La Poste a envoyé, au début du mois de septembre, un mailing connecté pour présenter son service de retour colis en boîte aux lettres.

Les clients Colissimo ont reçu dans leur boîte aux lettres un courrier papier. Sur la première page, était imprimé un visage d'un homme, un QR code à scanner et sur la bouche de cet homme, un emplacement pour mettre un smartphone.

Le résultat de tout cela ? Grâce à la vidéo accessible via le QR Code, la bouche de l'homme qui joue le rôle d'un directeur général de vente en ligne s'anime et parle de la nouveauté de La Poste.
À la fin du message vidéo, le destinataire de cette missive est invité à tourner la page pour en apprendre un peu plus sur ce service de manière plus conventionnelle.

Cette campagne est un exemple des innombrables possibilités qu'offre aujourd'hui le cross-média.

Source : La Poste envoie un mailing papier parlant

 

Mobile in-store : les chiffres parlent d’eux-mêmes – USA Marketing : Laurence repère…

Pouvions-nous prévoir un changement aussi rapide ?Si les clients n’ont pas déserté les magasins, le mobile continue lui – i

Source: Mobile in-store : les chiffres parlent d’eux-mêmes – USA Marketing : Laurence repère…

Pouvions-nous prévoir un changement aussi rapide ?

Si les clients n’ont pas déserté les magasins, le mobile continue lui – imperturbablement – à s’y faire une place.

Selon l’étude  « Navigating the New Digital Divide – Capitalizing on digital influence in retail » de Deloitte Digital et transmise par Laurence Faguer (@lfaguer)

  •  le smartphone influence 28 % des ventes magasins
  • le digital dans son ensemble (ordinateur, smartphone, tablette)  influence 49 % des ventes magasins.

L’étude Deloitte 2015 crée la surprise avec d’autres chiffres. Jugez vous-même :

  •  34 % des clients en magasin utilisent à un certain moment un device connecté
  • Pour ces clients-là, les achats magasin augmentent

L’étude montre que les personnes qui utilisent un device connecté à l’intérieur d’un magasin ont un taux de conversion 20 % plus élevé que ceux qui n’utilisent pas le digital dans leur parcours d’achat.

  • Comparer les prix dans le magasin n’est plus tendance

Comme quoi il ne faut jamais se faire une montagne des choses… Il y a 4 ans, il fallait combattre à tout prix le showrooming. Cette année, on constate que les clients équipés d’un smartphone en magasin sont 30 % moins nombreux à l’utiliser pour comparer un prix, comparé à l’an dernier.

Pour Deloitte, c’est le signe que les consommateurs ont une plus grande maturité dans l’usage qu’ils se font de leur mobile en magasin : ils l’utilisent comme source d’inspirations, d’idées, et pour bénéficier d’offres et de services, et pas seulement comme un outil de comparaison de prix.

LES ACHATS MAGASIN BIENTÔT INFLUENCÉS A 100 % par le DIGITAL ?

Avec un client connecté en permanence, nous dirigeons-nous vers un stade où tous les achats magasins seront influencés – à un moment du parcours d’achat – par le digital ?

Projection de l’influence du Digital sur les achats magasin :

3 SCENARIOS D’ENGAGEMENT EN MAGASIN

Il y a un phénomène d’accélération qui façonne la manière dont les consommateurs achètent et prennent leurs décisions en magasin. C’est ce qu’explique très bien Pierre Jacobs, le directeur général de La Générale de téléphone et de l’enseigne des objets connectés, Mood, quand il parle de Retail décloisonné.

Ces trois scénarios d’engagement clients sont aussi à remarquer :

  • Sephora US : Engagement loin du magasin

Aux Etats-Unis, Sephora US teste le Beacon pour adresser, au niveau de chaque magasin pris individuellement, des messages :

  • géo-localisés, personnalisés sur l’expérience que la cliente va vivre dans ‘son’ Sephora
  • qui incitent la cliente à utiliser son appli quand elle est dans le magasin
  • et qui nourrissent la relation (message anniversaire, offres liées au programme de fidélité, …).

URBAN OUTFITTERS :  Scénarios in-store (sans le beacon)

Imaginez que vous entriez dans le magasin Urban Outfitter, près de Brian Park à Manhattan, en ayant téléchargé l’appli mobile de l’enseigne. Voici les offres fidélisantes que vous pourriez recevoir  :

STO.RETAILING : SCENARIO DE RETARGETING APRES UNE VISITE MAGASIN (avec le beacon)

En France cette fois-ci, la solution Sto.retailing, proposée par Marketing 1by1 et Mowingo, permet de multiples formes d’engagement client, avant, pendant ou après la visite en magasin. Dans ce cas précis, l’enseigne va relancer une cliente repérée, grâce au beacon, au rayon Jeans, sur son canal de préférence (le mail, en l’occurence).  Des scénarios encore plus puissants existent, intégrant le moteur de recommandations de Marketing 1by1.