7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

Source : 7 Innovative & Inspiring Examples of Augmented Reality in Marketing

For now, augmented reality (AR) is still largely a novelty — AR’s newness alone contributes to its ability to surpass print, online, and television advertisements in terms of shock-factor. As The Drum reports, AR can capture people’s attention for over 85 seconds, increase interaction rates by 20 percent, and improve click-through rates to purchase by 33 percent.

Right now, people will stop and look at AR-inspired experiences, regardless of the campaign’s overall quality. But as more companies incorporate AR into their marketing strategies, and as AR technology becomes more ubiquitous, you’ll need to produce more thoughtful campaigns to impress your audience. Eventually, AR will become mainstream, and its prevalence in the industry will make it harder to compete.

Unlock tips, systems & recommended resources to stay ahead of the tech curve.

Tim Cook, Apple’s CEO, has said that AR will one day be as important in our everyday lives as “eating three meals a day.” So, the question is — how can your marketing strategy effectively capture an audience’s attention, once AR has become commonplace?

Here, we’ll look at seven companies that use AR in innovative and inspiring ways. These examples should be all the inspiration you need to brainstorm and execute a brilliant long-term AR marketing strategy.

Augmented Reality Examples

1. Home Depot

Decorating a home isn’t easy — how do you know if you’ll actually like the yellow paint that looks beautiful online, but might be too bright in your bathroom? What if that coffee table doesn’t fit in your living room like you’d hoped?

In 2015, Home Depot released their Project Color app, which uses patent technology to show users what a paint color will look like in their home. The AR technology takes into account lighting, objects, and shadows in the room, so you can see how that yellow shade will look in real life. If you don’t trust your own judgment, you can also share images from the app on social media, to get a friend’s opinion.

In 2017, Home Depot took it a step further — now, you can also use their app to check out how objects like patio furniture, faucets, and other products look in your home.

Home Depot isn’t the only home furniture store to use AR to create value for their users — Lowe’s and Ikea have similar AR technology built into their apps.

Image courtesy of HomeDepot.com

2. Timberland

If you’re anything like me, the idea of trying on items in the dressing room can sometimes deter you from shopping at all. More than once, I’ve said, “I’ll buy it, try it on at home, and return it if I don’t like it,” just to avoid the hassle of carrying a pile of clothes into a dressing room line.

In the interest of convenience and comfortability, Timberland created a virtual fitting room in Moktow Gallery in 2014. Using Kinect motion sensing technology, Timberland’s virtual fitting room allowed shoppers to see an image of their face, and a similarly-sized model body, in different outfits.

If you’re going to use AR, you’ll want to brainstorm unique ways to help your customers avoid an otherwise burdensome process. While fitting rooms might not be the end of the world (first-world problems?), Timberland stands out as a helpful brand by offering customers a fun and useful alternative.

3. Sephora

There’s a reason many women don’t buy makeup products online — it’s impossible to know if you’ll like the lip color or foundation coverage if you don’t try it on, in-store.

Sephora understands this struggle, and created an augmented reality experience, Virtual Artist App, with ModiFace to ensure Sephora app users can see how makeup products will look on their face via their phone’s camera. Users can also find out which tools or products they’ll need to apply certain products.

Additionally, Modiface’s augmented reality technology can show users the effects of months of skincare on their skin — a visual they won’t find in-store.

Bridget Dolan, Sephora’s head of innovation, appreciates the necessity of a long-term AR strategy. “When it comes to augmented and virtual reality, it can only be successful if it’s truly useful,” Bridget told Glossy. “We weren’t interested in just buzzy. A lot of things like technical accuracy and timing had to come together, and there was a time last year when, during testing, we hit a tipping point.”

Sephora’s use of augmented reality isn’t just helpful for users — it also drives sales by appealing to Sephora’s more tech-savvy consumers, and encouraging those consumers to become brand ambassadors by recording and sharing their augmented reality experiences online.

Image courtesy of SephoraVirtualArtist.com

4. AMC Theatres

Delivering a message when and where your audience wants to receive it is a critical component of a successful marketing strategy. This is especially true when it comes to AR.

AMC Theatres, understanding their audience is most interested in upcoming movie trailers when they’re at the movies, incorporated AR technology into their AMC app. When a user sees a movie poster in a theatre, they can open the AMC app on their phone, scan the poster, and receive relevant information, including a cast list and a trailer.

If they’re interested in the movie after scanning, they can also purchase a ticket immediately, within the app.

Ultimately, AMC Theatres is providing optimal convenience with their use of AR — while a user can YouTube a trailer or Google a review, there’s an added incentive to check the movie out and purchase a ticket when the user can do it all in one place.

Image courtesy of AMCTheatres YouTube channel

5. Pepsi

In 2014, Pepsi installed AR technology in a London bus shelter, making it appear as if a lion, UFOs, flying saucers, and other objects were headed straight for Londoners.

The production showcased Pepsi’s playful personality and provided the audience with an exceptional experience. Afterwards, a video of the bus shelter’s AR technology attracted over six million views on YouTube — making it one of YouTube’s most viewed advertising campaigns.

Pepsi’s campaign highlights the effectiveness of AR when a company truly knows their audience. Pepsi didn’t need to use AR to advertise their products — instead, they trusted their consumers to appreciate the surreal experience and naturally share the story with friends, creating buzz around their brand as a result.

Image courtesy of TheVerge.com

6. StubHub

Augmented reality enables you to both visualize and interact with a space — two critical functions when choosing how much you’re willing to pay for a stadium seat.

For Super Bowl LII, StubHub introduced an AR feature on their mobile app that allowed ticket buyers to see a virtual 3D model of the U.S. Bank Stadium, as well as nearby parking garages and concession stands. This enabled potential buyers to visualize their full experience before purchasing, and minimized the risk of paying for a subpar seat.

StubHub’s reliance on AR solved for a common customer problem — as StubHub CTO Matt Swann points out, « We’re solving for real pain points, not just tech for the sake of tech. For a lot of people, it’s not an event you just show up for, it’s kind of a bucket list item. »

Particularly for out-of-towners, the ability to virtually compare different seat locations adds a level of comfort for hesitant buyers.

Back in 2016, the company also introduced a “virtual view” option on their app, letting ticket buyers preview their view from their seats before purchasing. The results were tremendous — StubHub saw app engagement more than double within one year.

Image courtesy of Mashable

7. Taco Bell

There are two big reasons you’d visit a Taco Bell in 2012 — to try their new Doritos taco shell, or to play with their augmented-reality packaging.

Taco Bell placed an AR feature on each Locos Tacos box and soda cup for their Doritos shell campaign. When a user scanned the box with the Taco Bell app, they could see product-related Twitter and Facebook content on their phones.

By connecting their users with live social media content, Taco Bell successfully used AR to cultivate a stronger sense of community. They also showcased their brand as a major player in innovation, particularly in the fast-food industry.

Image courtesy of BrandChannel.com
Originally published Jul 31, 2018 6:00:00 AM, updated July 12 2019

Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Source : Digital Print, AR, and Experiential Marketing Evolve Direct Mail

Let’s just call them variable data presentations, says Ron Jacobs, CEO of Jacobs & Clevenger. Jacobs says the clients of his performance marketing agency are so ahead of the times that they’re sending consumers from hyper-personalized digital print direct mail pieces to interactive web experiences.

So said Jacobs to John J. Wall, host of the weekly podcast “Marketing Over Coffee.” During the 24-minute podcast on Nov. 8, titled “Now More Direct With Ron Jacobs,” the two talked about how marketing, advertising, and branding are evolving.

Half of his agency’s business is still direct mail, Jacobs says, but it’s not 1982’s bulk mail. Only one of his clients asks mail recipients to respond via print, and that’s a “live check,” Jacobs says. The rest of the direct mail presents recipients with optichannel response options, from augmented or virtual reality to personalized landing pages, and from call centers to videos. His clients, who tend to use variable data printing, have evolved direct mail beyond what many marketers are still touting as new — digital print that will wrest 21% of the business from analog print options by 2024, according to recent Smithers research. Jacobs highlighted direct mail that sends recipients to AR and VR experiences as becoming more prevalent.

“What we’re really doing now,” Jacobs says, “is trying to get people to go to things that are other than just static, that are much more inclusive, much more interesting, and much more dynamic. So that they become more interested.”

Related story: Print Marketing Convergence Isn’t Coming — It’s Here

This change is happening even as many marketers are still so behind the times in digital marketing and direct mail that they’re spraying and praying with all of their efforts. Those who do make the effort to target direct mail, for instance, are only segmenting their audiences. And then many of the direct mailers are thinking of sending mail recipients from a mail piece to a personalized landing page as being the height of sophistication. (Target Marketing wrote about PURLs in 2009.)

Jacobs says segmentation is a good start, but his agency is using data to personalize and even hyper-personalize everything from direct mail to email and beyond.

That involved a lot of change for him, too, during his nearly 30 years helping Internet marketers with optichannel marketing campaigns, morphing his agency from mostly direct mail for direct marketers to a performance marketing agency that handles marketing campaigns in every channel.

“As most people know,” Jacobs says, “the way you view the world is through your own lens. So I look at a lot of things and see them as direct marketing. So we work with everything from content marketing to CRM, marketing automation, email programs, and we still do an awful lot of direct mail. About half of our business is traditional direct mail. But traditional direct mail isn’t so traditional anymore.”

Even though USPS is sending fewer letters, Jacobs says there’s a resurgence in direct mail because Millennials are using it, USPS emails opted-in mail recipients pictures of the content of their mailboxes, e-commerce companies are sending out direct mail, and other channels are too crowded.

“Mobile is making it harder for digital marketers to break through, so they’re starting to look for channels,” Jacobs says, explaining why companies like Amazon, Wayfair, Sephora, and Google are sending direct mail.

Wall seconded that sentiment, joking that his daughter’s perusal of Amazon’s mailed print toy catalog could cost him $50,000 this Christmas. But only if he buys her everything she circled.

What do you think, marketers?

Traduction :

Appelons-les simplement des présentations en données variables, explique Ron Jacobs, PDG de Jacobs & Clevenger. Jacobs explique que les clients de son agence de « marketing par la performance » sont tellement en avance sur leur temps qu’ils envoient aux consommateurs des publipostages hyper personnalisés au format numérique, voire des expériences Web interactives.

C’est ce qu’a dit Jacobs à John J. Wall, animateur du podcast hebdomadaire « Marketing le temps d’un café ». Au cours du podcast de 24 minutes du 8 novembre intitulé « Now More Direct With Ron Jacobs », ils ont expliqué comment le marketing, la publicité, et la marque évoluent.

Selon Jacobs, la moitié des projets de son agence sont toujours du publipostage, mais ce n’est pas le vieux courrier en nombre de 1982. Un seul de ses clients demande aux destinataires du courrier de répondre via un imprimé, c’est un «contrôle en direct», explique Jacobs. Le reste du courrier propose aux destinataires de multiples options de réponse crosscanal, allant de la réalité augmentée ou virtuelle aux landing pages personnalisées, en passant par les centres d’appel et les vidéos. Ses clients, qui ont déjà tendance à utiliser l’impression en données variables, ont développé le publipostage au-delà de ce que de nombreux spécialistes du marketing vantent encore : l’impression numérique qui arrachera 21% de l’activité des options d’impression analogique d’ici 2024, selon une étude récente de Smithers. Jacobs a souligné que le courrier de Marketing Direct qui envoie les destinataires vers des expériences RA et VR devient de plus en plus courant.

«Ce que nous faisons vraiment maintenant, dit Jacobs, c’est essayer d’amener les gens à aller vers des choses autres que statiques, qui sont beaucoup plus inclusives, beaucoup plus intéressantes et beaucoup plus dynamiques. Pour qu’ils deviennent plus intéressés. « 

Histoire connexe: la convergence du marketing d’impression n’arrive pas – c’est ici

Ce changement est en train de se produire alors même que de nombreux spécialistes du marketing sont encore tellement en retard dans le marketing numérique et le courrier de Marketing Direct qu’ils ne font que vaporiser et prier de toutes leurs forces. Ceux qui s’efforcent de cibler le publipostage, par exemple, ne font que segmenter leur public. De nombreux publiposteurs envisagent, eux, d’envoyer les destinataires d’un courrier à une page de renvoi personnalisée, point culminant du raffinement ;-)). (Target Marketing a écrit sur les PURL en 2009.)

Selon Jacobs, la segmentation est un bon début, mais son agence utilise les données pour personnaliser et même hyper-personnaliser tout, du publipostage au courrier électronique, et au-delà.

Cela a également impliqué beaucoup de changement pour lui, au cours de ses presque 30 ans d’aide au marketeurs digitaux avec des campagnes de marketing « optique », transformant son agence principalement du courrier MD pour Direct Marketers en une agence de Marketing à la Performance qui gère des campagnes de marketing sur tous les canaux.

«Comme le savent la plupart des gens», dit Jacobs, «votre vision du monde se fait à travers votre propre objectif. Je regarde donc beaucoup de choses et les considère comme du marketing direct. Nous travaillons donc dans tous les domaines, du marketing de contenu au CRM, en passant par l’automatisation du marketing, les programmes de messagerie électronique, et nous effectuons encore énormément de publipostage. Environ la moitié de nos activités sont du publipostage traditionnel. Mais le publipostage traditionnel n’est plus aussi traditionnel. « 

Même si USPS envoie moins de lettres, Jacobs dit qu’il y a une résurgence du courrier MD, car les Millennials l’utilisent. USPS envoi par mail, aux personnes ayant accepté le service, une image du contenu de leurs boîtes aux lettres. Les entreprises de commerce électronique envoient du courrier de Marketing Direct et les autres canaux sont bien trop peuplés.

« Le Mobile rend plus difficile la percée des spécialistes du marketing numérique. Ils commencent donc à rechercher des canaux », nous dit Jacobs, expliquant pourquoi des sociétés comme Amazon, Wayfair, Sephora et Google envoient du courrier de Marketing Direct.

J. Wall confirme, en plaisantant sur le fait que la lecture un peu trop attentive par sa fille du catalogue de jouets imprimés d’Amazon pourrait lui coûter 50 000 $ ce Noël. Mais seulement s’il lui achète tout ce qu’elle a encerclé.

Qu’en pensez-vous, vous les spécialistes du marketing?

DMA &THEN 2017 : mes 10 points clefs

Cette année encore, la DMA &THEN 2017, a été un cru exceptionnel d’apprentissages et de découvertes. Le changement de signification de l’acronyme DMA pouvait nous le laisser présager : ce n’est plus seulement Direct Marketing, mais bien Data & Marketing Association. Avec 4 piliers sur laquelle la DMA positionne son offre :

Advocate. Innovate. Educate. Connect.

La data est partout présente, elle entre dans une ère « d’autonomie », au travers d’interactions toujours plus intimes avec les clients. Vous pouvez être effrayé(e)s par l’ampleur des possibles : soyez optimistes, et enthousiastes, tout est à inventer, maintenant ! Et les créatifs de s’en donner à cœur joie…
Commençons par ce constat simple : si vous demandez à quelqu’un de 60 ans environ combien de temps il passe par jour « online », il a de forte chance de vous répondre « 4 heures ». Si vous posez la même question aux personnes de 40 ans, ils pourraient vous dire “5 heures”. Une personne de 20 ans comme mon fils vous répondra probablement “6 heures”.
Mais si vous demandez à ma fille de 16 ans combien de temps elle passe « connectée », attendez-vous à l’entendre vous rétorquer :

« Pourquoi ? ça existe aussi, un monde déconnecté ? »

C’est comme si vous demandiez à vos parents combien de temps ils utilisent l’électricité chaque jour …
Data, Marketing & RGPD - Integraal-MD accompagne PME et Startups
Les plus brillants CMO (Chief Marketing Officers) de la planète DMA se sont succédés pour nous dévoiler les points majeurs d’application de ces transformations autour de la data en 2017. Majoritairement axés sur la connaissance et l’engagement client, bien sûr, voici une synthèse non exhaustive des 10 points clefs à retenir.

DMA &THEN 2017 : mes 10 points clefs

DMA &THEN 2017

La puissance de l’IA (Intelligence Artificielle) :

c’est bien le sujet de l’année ! Pour renforcer l’intuition du Marketer plutôt que de la remplacer, dans la quête d’une connaissance client unique 1 :1, en temps réel, avec de l’humain et des émotions. Tout est dit. Watson (by IBM) était très « présent » au cours de ces 3 journées.
Que ce soit pour réaliser la première « robe cognitive », (95% de sentiments positifs, résultats Instagram de la marque + 117%, plus fort engagement sur Twitter de l’histoire d’IBM…) ou pour créer un Agent Intelligent pour 1-800 Flowers, un assistant qui apprend en permanence, au niveau individuel.
Car c’est bien là qu’est le graal : la capacité de l'IA à accélérer les conversations et la distribution au niveau du 1:1 réel. Avec le Machine Learning, les bots, la reconnaissance de la voix, cette fois on est bien entrés dans l’apprentissage au niveau de l’individu. Quand vous faites des A/B tests, vous comparez des cohortes de gens. Ici, vous êtes sur le client unique 1:1.
DMA &THEN 2017

La Formation des Marketers est en "danger" !

L’IA envahissant tous les aspects du Marketing, va tout changer et très vite. L’IA va transformer profondément les organisations et leurs organigrammes dans les 5 à 10 ans à venir, et bouleverser les Marketers au point que leur formation habituelle pourrait être un handicap ; les réflexions sont nombreuses sur ce sujet, sans pour autant qu’il n’y ait de solutions encore concrètes. Nous n’en sommes qu’au commencement !

... et la DMA a bien l’intention d’accélérer ses études et démarches de formation autour de ces thèmes.

DMA &THEN 2017

« Alexa, je veux une Pizza ! »

« Siri, lis-moi les principaux titres des news ! » « Google, ajoute de la mousse à raser à ma liste de courses ! »... Il est maintenant possible d’intégrer les meilleures pratiques de reconnaissance de la voix et pour un marketing client efficace. Ces assistants numériques touchent la bonne personne au meilleur moment, puisque c’est … le client, qui décide ! Il devient même possible d’identifier « l’intention » de l’utilisateur, par sa voix. 
Imaginez qu’en 2020, une maison sur 4 en sera équipée. Et probablement de plus d’un appareil, car il y en aura dans toutes les pièces de la maison.
UNICEF a imaginé un jeu d’aventures basé sur le fameux « Trick or Treat » d’Halloween, pour aider les enfants à bouger davantage, basé sur Alexa. C’est le prochain grand virage de l'interaction Homme-Machine. La voix sera partout. Les marketers doivent construire sur ces relations humain-machine-humain. Le potentiel est immense, pour révolutionner nos vies entières !
DMA &THEN 2017
DMA &THEN 2017

Créativité ♥ Data

Lorsque data et créativité sont intiment lié au cœur de l’ADN d’une entreprise, pour donner vie à l’innovation, le futur du Marketing devient brillant. Les exemples fournis par Ronalee Zarate-Bayani, Head of Global Integrated Marketing and Digital Advancement, The Hershey Company (Kit Kat), ou par Alan Schulman, Managing Director, Brand and Creative Content, Deloitte Digital sont parlants.
  • Apportez de la considération, comme la magnifique campagne vidéo de ChatBooks, avant l'activation client
  • Hyper-personnalisez vos campagnes, comme celle d’excuses de J&J pour la marque de tampons O.B en vidéos personnalisées avec … 500 prénoms féminins !
  • Contextualisez (en temps réel) : la campagne Corona s’adapte au contexte de l'instant (la température, l’heure de la lecture du message, les évènements vécus par l’utilisateur).
  • Surprenez : la signature de votre swing en une œuvre d’art algorithmique imprimée dans votre salon, pour surprendre les spectateurs de l'US Open.
  • Make it Emotional : la création par Madden (NFL Giferator) de 2400 gifs automatisés en temps réel par les utilisateurs pendant les matches de la NFL,
 
DMA &THEN 2017
DMA &THEN 2017

L'avenir est juste incroyable !

L’accélération des usages est telle que les marketers ont autant de difficultés à les suivre que nous tous. Nous avons pu franchir les années et entrer dans l’anticipation futuriste, au travers de leurs challenges. Robert Scoble nous a fait rêver en nous emmenant découvrir un avenir incroyable. La réalité augmentée (AR), bien sûr, est pour lui un terrain de jeu fabuleux. Les nouveautés technologiques proposées au Grand Public, et notamment la sortie des IPhone 8 / X, vont offrir aux Marketers un nouveau terrain de jeu, qui augmente les niveaux d’interactions avec les clients, une omniprésence de data et de marketing : excellente nouvelle pour les marques ! Avec de nouvelles lunettes qui devraient sortir en 2018, vous pourrez ajouter de l’AR sur le monde réel, sans que l’utilisateur ait besoin de ses mains : quel champ d’actions incroyable !

La Réalité Virtuelle (VR) est une drogue immersive ! et soignerait mieux certaines maladies mentales que beaucoup de médicaments. Mais pourrait bien également créer certaines autres dépendances inquiétantes. Pourtant, grâce à la VR, vous pourriez ...
  • visualiser, mais surtout construire, par avance, et en totale autonomie, votre future boutique
  • manipuler des objets tendus par les acteurs dans un film en préparation
  • sélectionner, déplacer, zoomer, etc, avec des lunettes et ... juste vos yeux. Essayez juste un seconde d’imaginer comment ça pourrait changer vos interactions clients !
DMA &THEN 2017

Les études de cas du "Emerging Tech Forum"

Des cas pratiques qui démontrent à quel point la personnalisation par la data, l’expérience clients à 360°, et la créativité permettent des résultats ultra-performants pour le business : 

  • Les écrans « partout », de nos cuisines, à nos montres en passant par votre pare-brise; de la taille d’un écran de cinéma à celle d’un smartphone, plus intime, où on coupe le son, et qui nécessitent des contenus vidéo très adaptés…
  • Le web prédictif, avec des apps qui tournent sur votre mobile pour vous suggérer ce qui peut se passer dans les instants à venir 

  • La commercialisation de vos données privées, pour obtenir par exemple de nouveaux services (d’ailleurs, sachez que la DMA va lancer prochainement une étude mondiale sur la relation des consommateurs à l’utilisation de leurs données privées)
  • 
Les nouvelles interactions, avec les « boutons » comme Dash, l’Instant Messaging (très développé en Chine), les Bots, les Concepts Stores comme Amazon, les Assistants Personnels…

  • La BlockChain, quelque chose de passionnant que vous devriez étudier pendant votre temps libre…
DMA &THEN 2017
DMA &THEN 2017

Et si votre pare-brise devenait votre écran principal ?

Nos véhicules, eux aussi en pleine mutation, deviennent de gigantesque Cell Phones à conduire. Quels jouets pour les marketers ! Vous allez pouvoir suivre tous les déplacements de vos clients, et lorsque les voitures seront réellement autonomes, leur offrir des expériences époustouflantes. Vous êtes prêts ? 
Mais c’est quoi une voiture connectée ? des senseurs partout, Alexa ou Amazon dans la voiture, et une conduite autonome bientôt. Si vous intégrez déjà Alexa dans vos stratégies marketing, ne manquez surtout pas ce virage. Prévoyez d’ores et déjà une équipe « assez large » de développeurs… Il est d’ailleurs probable que d’ici 2025, nous ne serons plus autorisés à conduire dans les villes.
La plupart des 18-34 ans se disent prêts à abandonner la conduite, mais certainement pas leur voiture, lorsque les voitures autonomes se généraliseront. Avec, du coup, un nouveau KPI à prendre en compte pour nous, marketers : le « coût au kilomètre parcouru » (environ 1,27 $ aujourd'hui), coût auquel vous pouvez imaginer de nombreux services additionnels à vos utilisateurs.
Quels seraient les usages qui seraient choisis par les gens dans une voiture autonome ? Livraison de plats, dernières films sortis, mais aussi un lit confortable pour dormir pendant son trajet comme dans un hôtel...
DMA &THEN 2017

Vous avez dit "GDPR"?

L’impact de la régulation sur le Data Driven Marketing est probablement l’un des points d’étonnement de ce &THEN 2017 : la GDPR et les bouleversements qu’elle va impliquer pour nous en Europe est regardée avec une attention extrême outre-Atlantique : à la fois avec intérêt (enfin une régulation !) et crainte (quels consommateurs seront concernés, quelles données, que va-t-il en découler du côté e-privacy…). Le sujet a été soulevé dans presque toutes les conférences et Keynotes, preuve s’il en fallait que l’impact sera énorme !
DMA &THEN 2017

Le Marketing Direct "irresistible"

Le Direct Mail n’est pas en reste, avec 2 innovations intéressantes présentées par USPS, la Poste Américaine : « Irresistible Mail » d’une part, et « Informed Delivery ».
Commençons par cette dernière : les utilisateurs de la solutions (6,4 Millions, tout de même…) reçoivent par email une image de l’extérieur du pli qu’ils s’apprêtent à recevoir dans leur boîte aux lettres (taux d’ouverture de 70% !). Si la Marque participe également au programme « Informed Delivery », l’utilisateur verra alors du contenu additionnel, une « campagne interactive », qui l’emmène vers une expérience digitale (visionnée à 59% sur mobile).
Outre l’expérience tactile et durable du courrier, l’USPS en augmente la puissance par du contenu digital.

Avec Irresistible Mail, USPS fait passer le dernier courrier que vous avez reçu de votre banque pour de la préhistoire. Imaginez qu’avec de la NFC, vous fassiez entrer vos clients immédiatement, sans appli et sans saisir de longues URL fastidieuse, dans un univers d’expériences digitales. L’effet est saisissant, la technologie bien maîtrisée, et les exemples présentés ont donné d’excellents résultats : 92% d’ouverture « digitale », un taux de conversion x3 … Il n’y a plus de limites aux possibilités du courrier quand le papier et les pixels convergent !

DMA &THEN 2017

Le traitement spécial "French Marketers"

« Last but not least », la DMA avec les French Marketers, c’est l’assurance d’être reçus en V-VIP sur les 4 jours ! Les premiers rangs à toutes les Keynotes (devant 4000 personnes au bas mot), la soirée des 100 ans de la DMA, avec un concert très « rock », apprécié par tous, mais aussi des rencontres exceptionnelles « Backstage » en toute simplicité avec les plus grands speakers, que ce soit Ronalee Zarate-Bayani ou Robert Scoble, par exemple ! Inspiration … 
Et c’est sans parler de cette ambiance particulière de ce groupe de Frenchies animés des mêmes passions… (et encore, il en manque quelques-uns sur cette photo !)

Disruption, vous avez dit « Disruption » ? C’est juste une croissance de 1000% qui vous attend !

RIP Millennials: Marketing Will Be ‘Age Agnostic’ Next Year

Marketers will turn away from marketing to millennials as a single group in 2016 and focus more on engaging them based on passions points, a study states.

In 2016, marketing and communications professionals will stop targeting millennials as one demographic and focus on reaching the younger consumers based on their passions, according to a study released today by Hotwire PR.

The agency’s seventh annual « Communications Trends Report, » which was based on crowdsourced data from 400 communicators across 22 countries, revealed that brands will look to engage consumers with age-agnostic content that emphasizes certain values.

Another key finding from the study is that the industry is not prepared for mobile ad blocking, especially since Apple enabled apps that stop ads from popping up on smartphones and iPads through its iOS 9 operating system. To rise above the ad blocking influx, marketers will need to spend more time on native advertising, sponsored podcasts, influencer partnerships, and experiential efforts, according to the research.

Other key trends for 2016 from the study include:

1. The rise of virtual reality: Consumers are craving more experiences, and while VR will continue building momentum in the gaming and entertainment space, marketers will begin looking at new ways to integrate it into a wide range of content.

2. Using content to compete with Amazon: Brands will use targeted content and campaigns to offer consumers rich experiences that will encourage them to return to their company sites rather than Amazon to make purchases.

3. Real-time rather than planned content: Marketers will focus resources more on real-time content than planned editorial calendars next year.

4. Lots of hyperlocal content: One or two pieces of hyper-targeted content will not be enough for marketers in 2016. They will need to create at least 10 specific messages for each subset group within an audience.

5. Marketing campaigns that provide a service: The most successful campaigns in 2016 will offer relevant and useful services to consumers and society at large.

6. Continued focus on brands as activists: Values will continue to be placed at the center of brands’ communications strategies, specifically on major social and political issues.

7. Marketers get a handle on digital video: With more consumers cutting the cord, marketers will use production experts, planners, and accounts teams to figure out which platforms work best for video in 2016.

8. The growth of third-party publishing channels: Brands will still use their websites to post content, but publishing platforms with built in distribution services, such as Medium and LinkedIn Pulse, will become more important for marketing campaigns.

Source : RIP Millennials: Marketing Will Be ‘Age Agnostic’ Next Year

La Poste envoie un mailing papier parlant

Pour promouvoir son nouveau service, La Poste a lancé une campagne de communication innovante alliant le meilleur du papier et du digital.

La Poste a envoyé, au début du mois de septembre, un mailing connecté pour présenter son service de retour colis en boîte aux lettres.

Les clients Colissimo ont reçu dans leur boîte aux lettres un courrier papier. Sur la première page, était imprimé un visage d'un homme, un QR code à scanner et sur la bouche de cet homme, un emplacement pour mettre un smartphone.

Le résultat de tout cela ? Grâce à la vidéo accessible via le QR Code, la bouche de l'homme qui joue le rôle d'un directeur général de vente en ligne s'anime et parle de la nouveauté de La Poste.
À la fin du message vidéo, le destinataire de cette missive est invité à tourner la page pour en apprendre un peu plus sur ce service de manière plus conventionnelle.

Cette campagne est un exemple des innombrables possibilités qu'offre aujourd'hui le cross-média.

Source : La Poste envoie un mailing papier parlant

 

mobiLead, Réinventer le QR Code pour informer et protéger | mobiLead: Internet of Things enabler

Emballages Magazine – Septembre 2015.

EMBMAG972_QRODEPHARMA_iconAfin que les patients aient le réflexe de flasher leurs médicaments, les laboratoires doivent réfléchir à de nouvelles fonctionnalités.
http://mobilead.eu/fr/mobilead-reinventer-le-qr-code-pour-informer-et-proteger/

La coupe d'Hygie, caducée de la pharmacie, et QR plus

« Une vraie galère », « un caillou dans la chaussure »… Les designers semblent du même avis : intégrer un QR Code de manière harmonieuse sur un emballage n’est pas chose aisée. Du point de vue esthétique, il se fond difficilement dans l’univers graphique des marques et une taille minimale est nécessaire pour que le code puisse être flashé correctement. « La forme n’est pas particulièrement heureuse, on évitera autant que possible de le mettre sur le facing », avance Gorana Garevski, directrice associée de l’agence Carré noir.
Un problème qui n’en est pas vraiment un, selon Laurent Tonnelier, fondateur de mobiLead et fournisseur de solutions logicielles de marquage unitaire : « Quand le QR Code a une véritable fonction, qu’il apporte un contenu ou un service utile, l’esthétique importe peu, il sera mis en avant ». En ce qui concerne son utilisation, il est vrai que le QR Code se cherche encore. « La plupart des patients, comme les consommateurs en général, ne s’en servent pas. Aujourd’hui, il est plus simple de taper le nom du médicament sur Internet que d’ouvrir son application lecteur de QR Code et de flasher le produit», remarque Emmanuel Thouan, de l’agence Dici Design. Même constat chez Carré noir : « Dans une pharmacie, il y a toujours la possibilité de poser des questions au pharmacien », souligne Gorana Garevski.

Évolution
Selon Laurent Tonnelier, l’une des pistes à creuser serait de réunir sous une même symbologie l’information nécessaire aux professionnels de santé (aujourd’hui sous la forme du Datamatrix qui a remplacé la vignette en 2014) et celle qui profiterait au patient. En d’autres termes : parvenir à combiner subtilement une approche Business to Business (B to B) et Business to Customer (B to C) avec un seul et même code et un ensemble de services associés. Une première problématique se pose : « Les différents métiers sont cloisonnés. Ce sont des mondes qui s’ignorent. Les entités en charge de la traçabilité, du marketing produit, et de la lutte anti-contrefaçon, ne communiquent que trop peu ensemble. Une approche transversale est indispensable », constate Laurent Tonnelier. D’autant plus que tous s’accordent à dire que le secteur pharmaceutique est en pleine évolution : « Traiter directement avec les patients n’est pas dans la culture des laboratoires, en dehors des médicaments vendus sans ordonnance (OTC). Au service des professionnels de santé, les laboratoires doivent désormais apprendre à construire du lien avec les patients », poursuit-il. La deuxième problématique réside dans le contenu car, pour que le patient acquière le réflexe de flasher ses médicaments, celui-ci est tenu d’être innovant : « La personne doit se dire : j’ai quelque chose à gagner ou ceci va m’aider », observe Laurent Tonnelier.
Une autre piste serait donc de dupliquer non pas une notice à l’identique mais une notice personnalisée qui n’afficherait que les informations concernant la situation personnelle du patient. La réunion des informations B to B et B to C dans un même code pourrait se révéler utile, notamment pour la traçabilité. C’est la stratégie adoptée par Pernod Ricard sur le marché asiatique, comme l’explique Laurent Tonnelier : « Chaque consommateur peut scanner un QR Code et ainsi vérifier l’authenticité d’une bouteille. Un procédé qui facilite à la fois la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement, l’interaction avec les consommateurs, leur implication dans la vérification des produits, et l’accès à l’univers numérique des marques. »
De multiples fonctions qui peuvent tout à fait justifier la présence du carré noir et blanc sur les boîtes de médicaments.

Jessica Huynh
Emballages Magazine – 09/2015 p54 – (pdf)

Source : mobiLead, Réinventer le QR Code pour informer et protéger | mobiLead: Internet of Things enabler

Mobile in-store : les chiffres parlent d’eux-mêmes – USA Marketing : Laurence repère…

Pouvions-nous prévoir un changement aussi rapide ?Si les clients n’ont pas déserté les magasins, le mobile continue lui – i

Source: Mobile in-store : les chiffres parlent d’eux-mêmes – USA Marketing : Laurence repère…

Pouvions-nous prévoir un changement aussi rapide ?

Si les clients n’ont pas déserté les magasins, le mobile continue lui – imperturbablement – à s’y faire une place.

Selon l’étude  « Navigating the New Digital Divide – Capitalizing on digital influence in retail » de Deloitte Digital et transmise par Laurence Faguer (@lfaguer)

  •  le smartphone influence 28 % des ventes magasins
  • le digital dans son ensemble (ordinateur, smartphone, tablette)  influence 49 % des ventes magasins.

L’étude Deloitte 2015 crée la surprise avec d’autres chiffres. Jugez vous-même :

  •  34 % des clients en magasin utilisent à un certain moment un device connecté
  • Pour ces clients-là, les achats magasin augmentent

L’étude montre que les personnes qui utilisent un device connecté à l’intérieur d’un magasin ont un taux de conversion 20 % plus élevé que ceux qui n’utilisent pas le digital dans leur parcours d’achat.

  • Comparer les prix dans le magasin n’est plus tendance

Comme quoi il ne faut jamais se faire une montagne des choses… Il y a 4 ans, il fallait combattre à tout prix le showrooming. Cette année, on constate que les clients équipés d’un smartphone en magasin sont 30 % moins nombreux à l’utiliser pour comparer un prix, comparé à l’an dernier.

Pour Deloitte, c’est le signe que les consommateurs ont une plus grande maturité dans l’usage qu’ils se font de leur mobile en magasin : ils l’utilisent comme source d’inspirations, d’idées, et pour bénéficier d’offres et de services, et pas seulement comme un outil de comparaison de prix.

LES ACHATS MAGASIN BIENTÔT INFLUENCÉS A 100 % par le DIGITAL ?

Avec un client connecté en permanence, nous dirigeons-nous vers un stade où tous les achats magasins seront influencés – à un moment du parcours d’achat – par le digital ?

Projection de l’influence du Digital sur les achats magasin :

3 SCENARIOS D’ENGAGEMENT EN MAGASIN

Il y a un phénomène d’accélération qui façonne la manière dont les consommateurs achètent et prennent leurs décisions en magasin. C’est ce qu’explique très bien Pierre Jacobs, le directeur général de La Générale de téléphone et de l’enseigne des objets connectés, Mood, quand il parle de Retail décloisonné.

Ces trois scénarios d’engagement clients sont aussi à remarquer :

  • Sephora US : Engagement loin du magasin

Aux Etats-Unis, Sephora US teste le Beacon pour adresser, au niveau de chaque magasin pris individuellement, des messages :

  • géo-localisés, personnalisés sur l’expérience que la cliente va vivre dans ‘son’ Sephora
  • qui incitent la cliente à utiliser son appli quand elle est dans le magasin
  • et qui nourrissent la relation (message anniversaire, offres liées au programme de fidélité, …).

URBAN OUTFITTERS :  Scénarios in-store (sans le beacon)

Imaginez que vous entriez dans le magasin Urban Outfitter, près de Brian Park à Manhattan, en ayant téléchargé l’appli mobile de l’enseigne. Voici les offres fidélisantes que vous pourriez recevoir  :

STO.RETAILING : SCENARIO DE RETARGETING APRES UNE VISITE MAGASIN (avec le beacon)

En France cette fois-ci, la solution Sto.retailing, proposée par Marketing 1by1 et Mowingo, permet de multiples formes d’engagement client, avant, pendant ou après la visite en magasin. Dans ce cas précis, l’enseigne va relancer une cliente repérée, grâce au beacon, au rayon Jeans, sur son canal de préférence (le mail, en l’occurence).  Des scénarios encore plus puissants existent, intégrant le moteur de recommandations de Marketing 1by1.

Google désindexe les pages web non mobile-friendly

Changement des algorithmes de référencement Google

Dites-le agence de communication Google désindexe les pages web non mobile-friendly

Vous avez un peu traîné à optimiser votre site pour les contenus mobiles ? C’est le moment de le faire ! A partir du 21 avril, les url de sites qui ne seront pas adaptées aux smartphones ou tablettes seront moins bien positionnées dans les résultats de recherche. Les pages non compatibles pourront même être désindexées du moteur de recherche.

Annonce originale de Google :

Starting April 21, we will be expanding our use of mobile-friendliness as a ranking signal. This change will affect mobile searches in all languages worldwide and will have a significant impact in our search results.

Source : googlewebmastercentral

Référencement des sites non optimisés mobiles

Une sorte de « charte » mobile-friendly a été présentée par Google. Elle implique une moindre visibilité des sites non compatibles. A partir du 21 avril, lorsque vous ferez une recherche sur Google, les sites responsive ou possédant une version mobile vous seront présentés en priorité. Ce changement d’algorithme concerne toutes les langues et tous les pays.

Tester la compatibilité de son site

En moyenne, 40 % du trafic vers les sites est effectué à partir de mobiles. Il serait donc impensable de perdre cette visibilité.

Pour vérifier la compatibilité mobile, Google vous propose d’effectuer un test. Grâce à ce test vous pourrez vérifier si votre page est optimisée pour la lecture mobile.

Pour pouvoir tester votre page rendez vous sur la page Google dédiée : Google webmasters tools

Optimiser son site

Si votre site n’est pas encore optimisé, ou si certaines pages risquent d’être désindexées, c’est le moment de l’améliorer. Pour l’améliorer, travaillez une de ces 3 techniques : Responsive Web Design, Dynamic Serving ou URL distinctes.

Il vous reste un petit mois pour faire appel à un webmaster qui rendra votre site responsive design et adapté au nouvel algorithme, ne tardez pas !

viaGoogle désindexe les pages web non mobile-friendly.

 

source : http://www.dites-le.com/google