Le « phygital » appliqué aux imprimeurs

26 octobre 2018 | 0 commentaires

Vous êtes ici : Accueil » Marketing offline to online » Le « phygital » appliqué aux imprimeurs
Ce terme inventé par les marketeurs est l’hybridation des mots physique et digital. Il trouve une résonance très concrète dans le secteur des arts graphiques. Avec la Réalité Augmentée, la puce NFC ou encore le QR Code, « on ne choisit plus entre un monde et l’autre, on fait jouer les deux mondes. L’idée est que la marque soit présente à tous les niveaux : quand on envoie un mail, quand les gens se rendent en boutique, quand on récupère de la donnée en boutique pour enrichir le CRM. Plus on connaît son client, plus on peut personnaliser », résume Aldjia Guirous, directrice du développement à l’imprimerie D’Haussy.
Puce NFC à scanner avec SnapPress
Par exemple, D’Haussy envoie un mailing en boites aux lettres pour une de ses marques clientes. La personne qui reçoit ce mailing peut, en téléchargeant l’application SnapPress sur son téléphone et en scannant les pages, accéder à des informations complémentaires sur le produit et le commander.

Un marché qui s’accélère

Développé par la technologie NFC (qui permet d’échanger des données entre deux appareils équipés, ou d’enrichir les supports imprimés avec du contenu digital), le papier intelligent offre de nouvelles possibilités de marché pour les imprimeurs. Un marché encore à prendre !

La digitalisation des documents dans les entreprises et les administrations, ainsi que les politiques de « zéro papier » créé de forts besoins. D’autant plus que jusqu’à récemment le développement de la technologie NFC était freiné par Apple. C’est seulement depuis septembre 2017 que la marque à la pomme a apporté la possibilité aux iPhone 7 et aux modèles plus récents de lire les tags NFC.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez